Comme des poissons dans l'eauFlorida Football Tour Episode 10 : J’assiste au réveil des Dolphins sous un pluie tropicale

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

Yeremiah Bell exulte après une interception
Yeremiah Bell exulte après une interception (Thomas Savoja, FA.com)
le 25/11/2011 à 06:22 par Thomas Savoja

(Thomas Savoja, FA.com)
Le ciel est dangereusement couvert ce Dimanche matin. Et moi qui m’imaginais shooter les Dolphins sous le soleil éclatant de Miami. En effet, j’assiste aujourd’hui à ma deuxième rencontre NFL de ce périple au Sun Life Stadium où les locaux reçoivent les Bills de Buffalo et je dois dire que je suis assez excité par cette perspective. Pour moi qui ai découvert la NFL au milieu des années 80, les Dolphins ont bien entendu un parfum à part puisqu’à l’époque y sévissait un certain Dan Marino qui a encore de nombreux fans du côté de Miami.

Je viens de quitter mon hôtel de Port Charlotte et il me reste plus de deux heures de route pour atteindre Miami Gardens où est situé le stade. La Radio branchée sur easy South Florida, j’essuie une forte averse sur la Highway 75 ce qui ne m’inspire rien de bon pour le match à venir tant l’horizon est bouché.

J’approche de la citée latino (70% de ses habitants sont hispanophones) et le réseau routier tout comme le trafic s’intensifient en conséquence. Je suis religieusement les indications de mon GPS lorsque et j’aperçois les panneaux indiquant Sun Life Stadium. J’immobilise mon véhicule dans la section Purple du parking. A côté de moi, une famille de supporter des Bills dégustent déjà d’énormes sandwichs alors qu’il n’est que 10h30. Je suis d’ailleurs impressionné par le nombre de fans des Bills qui ont fait le déplacement depuis l’état de New York.

Joli T-Shirt
Joli T-Shirt (Thomas Savoja, FA.com)
Je sorts à peine le pied de mon véhicule qu’une intense pluie tropicale s’abat sur moi. Excellent prétexte pour m’abriter dans le Fan Shop des Dolphins qui recèle tout ce dont un fan NFL peut rêver : en matière d’objets, T-shirts ou maillots en tout genre. Je suis à deux doigts de craquer pour plusieurs « On field equipement », des sous-maillots dont j’apprécie la matière anti transpirante mais je calme mes ardeurs car je suis là pour « bosser » et il me faut récupérer mon pass avant toute chose. La pluie n’a pas l’air de vouloir se calmer. Je crains que la pelouse ne se transforme en bourbier ce qui ne simplifierait pas la tache des photographes sur le bord du terrain. Vu de l’extérieur, le stade a de l’allure. On sent qu’il a subit un petit lifting qui a modernisé son apparence car en réalité, il s’agit de l’ancien Joe Robbie Stadium puis Dolphins Stadium et il date de 1987. De chaque côté de l’enceinte se tiennent les activités destinées au public. Il y a tout ce qu’il faut, des mascottes géantes, des Cheerleaders dédicaçant des posters, des concerts, des jeux.

Pour ma part je recherche la Media Will Call où mon nom est bien sur la liste (ouf !). Je suis en retard sur mon timing habituel et je perds un temps précieux pour identifier le cabanon (oui c’est une sorte de baraque de chantier) destiné aux photographes. Les places sont chères à l’intérieur et je dépose mes sacs dans un coin en croisant les doigts que je puisse le récupérer à la fin du match. Ensuite c’est tout un protocole pour récupérer la chasuble nécessaire à l’accès terrain ce qui fait que j’arrive sur la pelouse moins de 20 minutes avant le coup d’envoi ce qui ne m’a pas permis de shooter les échauffements et de faire mes réglages habituels. La pluie qui s’était arrêtée redouble à mon arrivée. J’enfile donc mon poncho aux couleurs de FSU et protège mon matériel de l’humidité. Je sens que cela va être sport !

Le match va débuter par le déploiement d’un drapeau américain géant sur la pelouse juste avant l’hymne. Puis deux bombardiers de l’US Air Force survolent le stade dans un brouhaha indescriptible. Petite déception tout de même le public. Le stade est à moitié rempli. Alors OK les Dolphins effectuent une saison cataclysmique mais je pensais que l’attachement de la ville à son équipe était plus fort. Il y a bien les irréductible que l’on reconnait à leur accoutrement haut en couleur mais pour le reste. La couleur dominante dans le stade est le rouge, la couleur des … sièges vides.

Les deux équipes ont fait leur apparition sur la pelouse. Les Dolphins joueront dans leur maillot blanc immaculé, les Bills dans leur maillot bleu traditionnel. A l’applaudimètre, Reggie Bush et Brandon Marshall et se taillent la part du lion. Jake Long le Tackle vedette des Dolphins est couvert de tatouages et Jason Taylor le recordman de sacksSack
plaquage du QB dernière la ligne de scrimmage (perte de terrain).
a des allures d’Apollon au crane luisant.

Le moins que l’on puisse dire c’est que la sidelineSideline
ligne de touche.
n’est pas encombrée en photographe. Cela tombe bien car elle est très exigüe. Les Dolphins sont très élitistes en termes d’accréditation Media et je suis verni d’avoir été accepté. Le seul problème pour moi est de gérer la télévision. Entre les caméras portables, la grue mobile et les preneurs de sons, pas évident de se faire une place.

Flying Reggie
Flying Reggie (Thomas Savoja, FA.com)
Par contre une chose me surprend c’est le nombre d’invités et de VIP au niveau de la pelouse. Ils ne sont pas sur la sideline à proprement parler mais plutôt derrière des barrières à l’emplacement des joueurs de baseball (le terrain servait jusqu’à cette année aux Marlins).

Le premier drive est prometteur pour les Bills qui avancent par l’intermédiaire de leur RBRunning Back (RB)
Terme générique qui englobe les HB et les FBFullback (FB)
coureur puissant et polyvalent. Il joue le rôle de bloqueur, de receveur et de bulldozer balle en main. Constitue avec les halfbacks (HB), les running backs (RB).
.
vedette Fred Jackson. Autant le dire tout de suite, ce sera la seule fois de la partie qu’on les verra à leur avantage même s’ils doivent finalement se contenter d’un FGField Goal (FG)
coup de pied à 3 points effectué le plus souvent en 4ème tentative quand l'attaque a été bloquée. Il est joué depuis l'endroit où la dernière action c'est achevée. En cas de réussite c'est 3 points et engagement. En cas d'échec, la possession change de camp mais il y a deux possibilités : avant le snapSnap
signal de départ de l'action, quand le centre transmet la balle au QB.
, la balle était à l'intérieur des 20 yards, on replacera alors la balle sur la ligne des 20 yards ou elle était placée au-delà des 20 yards, on la replacera au même endroit.
sur ce premier drive. Car la suite du match s’apparent à une véritable démonstration de la part de Miami. Est-ce bien cette même équipe qui a perdu ses 7 premiers matchs ? Que ce soit en défense où les Bills seront incapables de scorer le moindre TD qu’en attaque où à défaut d’être génial, Matt Moore est apparu appliqué et réaliste, les Dolphins ont dominé de la tête et des épaules l’ensemble de la rencontre.

Quelque chose va me perturber pendant l’ensemble de la rencontre : les cheerleaders des Dolphins. Celles des 49ers et des Bucs étaient pas mal mais là c’est un ton au dessus. La promiscuité sur la sideline a du bon mais par trois fois je suis presque assommé par leurs pompons ! Je dois également admettre que mon objectif est attiré de façon incompréhensible par leurs déhanchements.

Revenons au terrain : en réponse à ce premier coup de pied des Bills, les Dolphins vont scorer à trois reprises par l’intermédiaire du TE Anthony Fasano puis de Reggie Bush sur une course de 5 yards puis enfin sur une réception du WR Bess. Et tout cela en quelques minutes à tel point qu’au début du second quart temps, on a l’impression que le match est plié.

(Thomas Savoja, FA.com)
Pire, Ryan Fitzpatrick le QBQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
des Bills est méconnaissable après son début de saison flamboyant. Lorsqu’il n’est pas sacké, il est intercepté. L’ex pensionnaire de l’université de Harvard est très atypique dans le paysage du Football moderne. Son physique n’a rien d’exceptionnel et il n’est pas passé par le Division 1 FBS universitaire. Alors pourquoi les Bills lui ont il fait signer un très gros contrat il y a quelques semaines. Au regard de sa perf du jour je n’ai pas la réponse. Il sera d’ailleurs remplacé en fin de rencontre.

Et voila que les équipes spéciales des Dolphins s’y mettent en bloquant un puntPunt
action utilisée en 4ème tentative et x yards à parcourir. Plutôt que de tenter les x yards, l'attaque choisit de botter le plus loin possible pour faire reculer son adversaire.
pour le recouvrir dans l’en-but. Le maigre public du Sun Life Stadium sevré de beau jeu depuis le début de saison peut être fier des siens.

Score Final 37-8 pour Miami qui a largement mérité sa victoire, la troisième d’affilée tout de même. Coup dur pour les Bills qui perdent pour la saison leur coureur vedette Jackson jambe brisée.

Belle expérience encore une fois que cette rencontre dans l’antre des Dolphins même si j’ai eu du mal à rentrer dans la partie et que j’ai raté quelques clichés de moments important mais malgré la faible affluence j’ai bien apprécié le stade et les moments passés assis derrrière l’en-but protégé par mon Poncho sous la pluie battante.

Pour retrouver l'ensemble des photos de la rencontre, je vous invite à cliquer sur le lien ci-dessous:

http://www.flickr.com/photos/tsavoja/sets/72157628137547895/

 

TD des équipes spéciales de Miami
TD des équipes spéciales de Miami (Thomas Savoja, FA.com)
Sans transition aujourd’hui 24 Novembre c’est Thanksgiving aux Etats-Unis alors j’en profite pour souhaiter un « Happy Thanksgiving » aux fidèles lecteurs qui suivent cette rubrique. Juste un petit aparté sur cette fête particulière qui est associé traditionnellement aux 3 F : Family, Food et Football. Pour ma part j’ai pris deux jours « de repos » pour visiter le parc national des Everglades mais de retour d’un petit trail dans cet écosystème si particulier, j’écris ces quelques lignes en regardant le « Triple header » proposé aux Américains en ce jour de fête.

Pour commencer sur Fox à 12h30 c’est un alléchant Lions v Packers qui a vu la 11éme victoire de rang des joueurs du coach McCarthy avec un 11éme match de Rodgers avec au moins 2 TD (il n’est plus qu’à deux unités du record de Peyton Manning). Puis c’est au tour du déplacement des Dolphins à Dallas sur CBS. Match serré de bout en bout qui confirme le regain de forme des Floridiens. Mais ce sont les Cowboys qui arrachent la victoire 20-19 sur un FG alors qu’il ne reste plus de temps au chronomètre. Puis à 20h30, NFL Network prend la main pour le duel des frères Harbaugh mais mon motel ne disposant pas de NFL Network, je passe sur ESPN pour le traditionnel affrontement de Thanksgiving en Texas et Texas A&M (le 119éme du genre). Mais comme tout fout le camp, le réalignement des conférences BCS (Texas A&M rejoignant la SEC l’an prochain) hypothèque pour les années à venir cette affiche pourtant mythique !

Demain je rentre sur Miami pour couvrir le Senior Day des Hurricanes qui reçoivent Boston College.

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

  1 2 3 4 OT Final
Miami 14 14 7 0 0 35
Buffalo 3 3 0 2 0 8
... chargement de la zone de commentaire ...

 L'interview pré-draft la plus marquante que j'ai eu lors de mes 25 ans de carrière ? Russell Wilson. Et de loin.  – John Dorsey, GM des Chiefs

En VO :  The most impressive interview I've ever had in the last 25 years of doing this ? Russell Wilson. Wasn't even close. 

Citation réelle proposée par TD pour 10 Bzh. Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !