Playoffs Zone 2016 : toute l'info Playoffs NFL

Bienvenue à la Ferme - Partie 3Une plongée dans l’univers de Stanford : le "Big Game"

le 16/04/2017 à 01:53 par Blaise Collin

Ceci est la troisième et dernière de trois parties d’une mini-série consacrée à l’université de Stanford. Le premier volet a présenté l’historique de la célèbre université et posé un regard sur son excellence académique et sportive. La deuxième partie a présenté le programme de football et les gloires, anciennes et présentes qui ont joué sous le maillot Cardinal. Cette troisième partie revient sur la rivalité avec l’université voisine de Berkeley.

 Cal Bears
Cal Bears (University of California, Berkeley)
 Stanford Cardinal
Stanford Cardinal (Stanford University)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes à la mi-mars 1892. Le sport universitaire en est à ses balbutiements et n’a pas encore pris l’ampleur médiatique et financière que l’on connaît aujourd’hui. Le football universitaire n’est pratiqué que depuis moins de 25 ans et le match entre Princeton et Rutgers de 1869. Ce sont généralement les étudiants eux-mêmes qui gèrent les équipes. Herbert Lang, de l’université de Californie à Berkeley, et Herbert Hoover, le futur 31ème Président des États-Unis alors étudiant à Stanford, décident d’organiser une rencontre entre les équipes de football de leurs deux universités. Ils impriment dix mille billets pour le match qui doit être joué sur terrain neutre à San Francisco mais environ vingt mille spectateurs se présentent au stade qui ne peut en contenir que quinze mille.

Après avoir géré cet inattendu succès, le match est prêt à débuter. Seul petit problème : aucune des deux équipes n’a apporté de ballon. Un fan s’empresse alors d’aller chercher à cheval un ballon dans un magasin de sport voisin. Stanford remporte ce premier match amical 14 à 10. Neuf mois plus tard, les deux équipes se retrouvent pour un match « officiel » de la saison 1892 et se séparent sur le score de parité de 10-10. Ces deux premières confrontations marquent le début d’une longue rivalité qui culminera à l’automne 2017 avec la 120ème rencontre entre les deux programmes. Si cette rivalité n’est pas la plus ancienne (Princeton – Yale, 1873) ou la plus longue (Lafayette – LeHigh, 157 matchs) du football américain universitaire, elle est certainement devenue l’une des plus passionnées.

Le « Big Game », un peu de rugby puis retour au football

En 1900, pour la dixième édition, la rivalité gagne son surnom de « Big Game ». Le match est joué à San Francisco le jour de Thanksgiving, le dernier jeudi de Novembre. Un groupe de spectateurs se rassemble sur le toit d’une usine voisine pour suivre la rencontre lorsque celui-ci s’effondre. La tragédie fera 22 morts et reste à ce jour la catastrophe la plus mortelle à un événement sportif américain.

En 1904, la rivalité se joue à Berkeley, puis à Palo Alto l’année suivante. Les rencontres alterneront alors entre les deux villes universitaires malgré une tentative du Levi’s Stadium (le stade des 49ers à Santa Clara) d’attirer le match en 2014.

En 1906, les universités décident de mettre un terme à la confrontation footballistique, arguant de problème de violence autour du match. Pendant neuf ans, les universités s’affrontent alors au rugby. Ce n’est qu’en 1918, trois semaines après la fin de la Première Guerre Mondiale, que le football reprend ses droits dans un match non-officiel que Cal gagne 67 à 0 contre une équipe de Stanford pas encore ré-entrainée au football. La rivalité reprendra officiellement l’année suivante, dans un match à Berkeley remporté par les visiteurs, 14 à 10.

Une hache et un trombone

En 1933, la rivalité hérite d’un trophée officiel, la « hache de Stanford » à l’histoire quelque peu mouvementée. La hache fait sa première apparition en 1899 lors d’un rassemblement d’avant-match de baseball entre les deux universités. Les étudiants de Stanford l’utilisent pour décapiter un mannequin aux couleurs de Cal. Deux jours plus tard, ce sont des rubans bleus et jaunes que les étudiants de Stanford découpent à la hache à chaque bonne action de leur équipe de baseball. A l’issue de la rencontre, la hache est dérobée par les étudiants de Cal qui parviennent à la ramener à Berkeley après une course poursuite dans les rues de San Francisco, où le match était joué, qui lui coute son manche. La lame de la hache restera dans une banque de Berkeley jusqu’en 1930, année où 21 étudiants de Stanford, les « 21 Immortels », parviennent à la récupérer lors d’un rassemblement d’avant-match à Berkeley. En 1933, les universités se mettent d’accord pour faire de la hache le trophée annuel du « Big Game ». Cela n’empêche pas la hache d’être par la suite volée sept fois, quatre fois par Stanford et trois fois par Berkeley, le dernier incident ayant lieu en 1973.

The Stanford Axe
The Stanford Axe (Van Tran Ngoc)

Il faut attendre 1972 pour que le sort de la rencontre soit scellé sur le dernier jeu du match. Depuis, quatre autres rencontres ont été décidés sur le dernier jeu (1974, 1982, 1990 et 2000). Tous ces matchs ont été joués à Berkeley, et Stanford mène la mini-série 3 à 2.

En 1975, California s’impose à Stanford en marquant 48 points, son record de points actuel dans la rivalité.

1982 est sans aucun doute l’année qui a définitivement installé la rivalité dans les annales du football. Le match est désormais connu pour le dernier jeu de la rencontre, sans doute le plus célèbre de tout le football universitaire. Il est simplement connu sous le nom de The Play. Avec quatre secondes à jouer et le Stanford de John Elway menant d’un point, les joueurs de Cal font usage de cinq passes latérales pour ramener un retour de kick-off jusque dans la end-zone de Stanford, envahie par la fanfare du Cardinal qui croyait le match fini. Kevin Moen marque les six points qui offrent la victoire aux locaux et termine sa course dans l’en-but en percutant Gary Tyrrell, l’un des joueurs de trombone de la fanfare de Stanford. Trois décennies plus tard, il ne s’est pas passé un mois sans que quelqu’un remémore cette action à Gary, confie-t-il à FA.com peu avant l’édition 2016 tu Big Game. Incrédule quant à l’issue de a rencontre, lui comme tous les membres de la fanfare se sont sentis volés par cet improbable retournement de situation. Et malgré toutes les enrichissantes rencontres que son infortunée gloire a rendu possible, et bien qu’ayant conscience de la place qu’il occupe aujourd’hui dans l’Histoire du football universitaire, Gary Tyrrell échangerait toujours toute cette attention contre une victoire de son université.

Kevin Moen éructe de joie dans l'en-but de Stanford
Kevin Moen éructe de joie dans l'en-but de Stanford (Rober Stinnett)

En 1989, le « Big Game » débute à 15h30 et termine sous les projecteurs, marquant la première fois que la rencontre est (partiellement) jouée sous lumière artificielle.

Stanford prend une revanche relative sur le match de 1982 en s’imposant de manière miraculeuse sur le terrain de son rival en 1990 : après avoir marqué un touchdownTouchdown (TD)
c'est l'essai qui vaut 6 points et qui peut être transformé au choix à 1 ou 2 points. Il suffit que le ballon pénètre dans la endzone. (pas besoin d'aplatir)
à moins de vingt secondes du terme du match (par Ed McCaffrey) pour revenir à un point de Cal, le Cardinal manque la conversion à deux points de la victoire mais récupére le ballon sur le kick-off pour remporter le match sur un Field GoalField Goal (FG)
coup de pied à 3 points effectué le plus souvent en 4ème tentative quand l'attaque a été bloquée. Il est joué depuis l'endroit où la dernière action c'est achevée. En cas de réussite c'est 3 points et engagement. En cas d'échec, la possession change de camp mais il y a deux possibilités : avant le snapSnap
signal de départ de l'action, quand le centre transmet la balle au QB.
, la balle était à l'intérieur des 20 yards, on replacera alors la balle sur la ligne des 20 yards ou elle était placée au-delà des 20 yards, on la replacera au même endroit.
réussi grâce à une position favorable obtenue suite à une faute personnelle de la défense de Cal sur son quarterbackQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
.

Dix ans plus tard, le « Big Game » termine en prolongation pour la première (et seule à ce jour) fois de sa longue histoire. 2000 marque également la dernière fois que le match est décidé sur le dernier jeu de la rencontre.

Le match de 2012 est joué en Octobre, la seule fois que la rivalité n’a pas eu lieu en Novembre ou Décembre, hormis pour le tout premier match de Mars 1892.

En 2013, Stanford assomme California 63 à 13. La différence de 50 points est la plus large de l’histoire de la rivalité et les 63 points de Stanford son plus grand nombre de points.

Christian McCaffrey en promenade dans la défense de California
Christian McCaffrey en promenade dans la défense de California (Van Tran Ngoc)

A quelques mois de la 120ème confrontation entre les deux universités rivales, Stanford mène la série 62 à 46, avec 11 résultats nuls dont un 0-0 en 1932. 52 de ces 119 matchs ont été décidés par moins d’un touchdown. Stanford possède la plus longue série de victoires avec sept succès consécutifs entre 1995 et 2001, puis entre 2010 et 2016, série en cours.

Bataille de conquête du terrain lors de la rencontre de 2016 entre California et Stanford
Bataille de conquête du terrain lors de la rencontre de 2016 entre California et Stanford (Van Tran Ngoc)

Articles liés
... chargement de la zone de commentaire ...

 Je n'ai jamais vraiment perdu un match dans ma carriére, j'ai juste manqué de temps certaines fois.  – Bobby Lane

En VO :  I never really lost a game in my career, sometimes I just ran out of times. 

Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !