Une tuile de plus pour les Falcons

shield NFL actuel
shield NFL actuel (NFL.com)
le 14/12/2007 à 00:00 par François Martinez
Mise à jour du 20/10/2010 à 21:03
La nouvelle est tombée mardi, quelques heures après la défaite des Atlanta Falcons face aux New Orleans Saints dans le Monday Night. Bobby Petrino a démissionné de son poste d'entraîneur en chef des Faucons pour prendre les rênes de l'université d'Arkansas.

Petrino laisse ainsi une franchise dans le flou total avec un maigre bilan de 3 victoires en treize rencontres. Les Faucons viennent d’ailleurs de perdre leur quatre derniers matchs, et qui plus est, par des écarts assez conséquents. Ce départ est un véritable coup de couteaux dans le dos de toute l’organisation des Falcons. Les joueurs en particuliers étaient très remontés. J’ai l’impression d’avoir côtoyer un ennemi lors des huit derniers mois dira le safetySafety
Signifie deux choses différentes : 1) c'est le plaquage du porteur du ballon dans sa propre zone d'en-but. Cela rapporte 2 points à l'équipe qui l'effectue et elle récupère la possession du ballon. L'équipe victime du safety va alors dégager depuis ses 20 yards au moyen d'un botté façon "punt". 2) c'est un poste en défense. Le safety est en quelque sorte le dernier rempart. Par analogie avec le football "européen", on le qualifie de "libéro".
Lawyer Milloy après avoir lut une petite lettre laissée par le désormais ex coach à ses troupes. Par ailleurs, les pensionnaires du Georgia Dome ont appris la démission de leur coach par l’intermédiaire de la télévision, où ils ont pu voir leur ancien entraîneur tout sourire proclamer qu’il était ravi de revenir dans les rangs universitaires. Pourtant peu de temps après la défaite d’Atlanta sur la Nouvelle Orléans, Petrino et Arthur Blank, le pripriétaire des Faucons, s’étaient rencontrés et avaient décidés de continuer l’aventure ensemble. Quelques heures plus tard, Petrino prenait un avion à destination de l’Arkansas.
Le règne de l’ancien coach de Louisville à Atlanta est donc l’un des plus court de l’histoire de la NFL. En 1971 Sid Gillman avaient passé 10 matchs à la tête de San Diego avant de démissionner, en 1976 Lou Holtz avait jeté l’éponge au bout de 13 matchs avec les Jets de New York et en 1978, Pete McCulley avait tenu 9 petits matchs comme entraîneur de San Francisco (avec une nuance dans ce cas ; il a été purement et simplement viré).

A la tête des Falcons, Petrino avait pour mission de relever le niveau de cette franchise qui dans ses 42 ans d’histoire n’a eu un bilan positif que 10 fois. De plus, il devait faire de Michael Vick la grande star de la ligue qui fait enfin gagner son équipe. Au lieu de cela, Petrino a vu son quarterbackQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
vedette empêtré dans l’affaire des combats de chiens. Pour tenter de remédier au problème, il a essayé pas moins de trois passeurs avec chaque fois un constat d’échec. Lui qui n’avait perdu que 9 rencontres en quatre années à Louisville en a perdu 10 en même pas une saison chez les Faucons.

Il reste donc trois matchs pour les Falcons qui n’ont absolument plus rien à espérer de cette saison. L’interim à la tête de la franchise sera assurer par le coach des lignes arrières, Emmitt Thomas. A 64 ans, celui-ci n’a aucune expérience comme entraîneur en chef mais il connaît bien la maison. La question de la succession de Petrino ne se posera qu’à la fin de la saison régulière. Dans cette optique, il faut se rappeler qu’avant le début de cette campagne 2007, Arthur Blank voulait nommer Mike Singletary (actuel entraîneur adjoint à San Francisco) à la tête des Falcons. Mais le manager général Rich McKay voyait en Petrino l’homme de la situation. Désormais, Singletary semble tenir la corde pour le poste. D’autres noms circulent comme Cowher, Mariucci ou encore Reeves, mais Singletary a déjà les faveurs du propriétaire et il a la réputation d’être un meneur d’homme avec un fort caractère. Il en aura bien besoin si le poste d’entraîneur des Falcons lui est proposé.
... chargement de la zone de commentaire ...

 Hier, j'étais un quarterback noir qui se trouvait être un bon quaterback. Aujourd'hui, je suis un bon quarterback qui se trouve être noir.  – Doug Williams, QB des Redskins, le lendemain de sa victoire lors du Super Bowl XXII.

En VO :  Yesterday, I was a black quarterback who happens to be good. Today, I'm a good quarterback who happens to be black. 

Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !