Les Seahawks au crible

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

Richard Sherman jouera un grand rôle
Richard Sherman jouera un grand rôle (Kevin Casey, Getty Images)
le 11/01/2014 à 13:12 par Brice Lapeyre

Depuis l’arrivée de Pete Carroll, la progression des Seahawks est constante, et leur participation en playoffs est devenue une habitude. Cependant après s’être satisfaits d’accéder au playoffs désormais les hommes de Seattle ne s’en contentent plus. Aujourd’hui l’objectif est clair, le trophée Lombardi.
Avec un des effectifs les plus dense et les plus complets de la ligue, Seattle s’est donné les moyens de ses ambitions. Le rêve pourrait très bientôt devenir réalité.

Les Saints sont mieux placés que personne pour le savoir. Seattle mène la série face aux Saints 7 victoires pour 6 défaites incluant la victoire de en saison régulière cette année ainsi que la rencontre de Wild card 2010.
Des victoires construites grâce à une défense intraitable. 

Une défense suffocante

Seattle est classé meilleure défense de la ligue. La franchise de Washington truste les premières places en terme de points encaissés par match, 14,4 par match, en terme de yards alloués 273,6 ou encore de yards à la passé alloué avec 172 yards par match. Les Aigles dominant aussi la ligue en terme de turnovers avec 39 et aussi d’interception avec 28, ce corps d’élite est amené par le “Général” Richard Sherman leader par l’exemple avec 8 interceptionsInterception
passe du QB rattrapée par un défenseur (un adversaire).
soit le plus grand total en NFL cette saison, et 20 au total depuis 2011 une catégorie de plus dominée par un membre de la franchise d’Emerald City, mais cela ne vous surprendra plus.

Au final s’il est encore besoin de prouver la solidité de la défense des Seahawks, Seattle n’a encaissé que 16 touchdownsTouchdown (TD)
c'est l'essai qui vaut 6 points et qui peut être transformé au choix à 1 ou 2 points. Il suffit que le ballon pénètre dans la endzone. (pas besoin d'aplatir)
à la passe et a contenu les quarterbackQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
adverses à maigre 63.4 QB rating.
Outre Sherman, les ‘hawks peuvent compter sur Bobby Wagner avec ses 119 placages, 5 sacksSack
plaquage du QB dernière la ligne de scrimmage (perte de terrain).
et 2 interceptions, ou encore Earl Thomas et ses 105 placages, 2 fumblesFumble
quand le porteur du ballon laisse échapper celui-ci par maladresse ou suite à un choc. Le ballon est alors à terre mais vivant et c'est la 1ère équipe qui le ramasse qui en prend la possession. Avec les interceptions, le fumble est la seconde façon de rendre le ballon à l'adversaire. Ensemble, ils constituent des Turnovers (pertes de balle). C'est souvent cette stat. qui décide de l'issue de la rencontre.
forces et 5 interceptions.

Dreew Brees & cie sont attendus de pied ferme au CenturyLink Field.

La difficulté

Lors de la rencontre de saison régulière le 2 décembre dernier, les Seahawks avaient utilisé la taille et l’athlétisme de leur linebackerLinebacker (LB)
joueur de la défense polyvalent qui constitue le 2ème rideau défensive.
K.J. Wright pour limité l’impact de Jimmy Graham, le TE des Saints. Paris gagnant puisque Graham avait terminé la journée avec seulement 3 réceptions pour 42 yards. Mais ce samedi Wright est indisponible dû à une blessure aux pieds. Du coup la difficulté sera une nouvelle fois de couvrir le leader en terme de réceptions de touchdowns (toutes positons confondus) avec 16 et en terme de réceptions pour les tight end avec 86. Cette fois-ci les Seahawks auront certainement une approche de groupe, Richard Sherman, Earl Thomas et Kam Chacellor le couvriront à tour de rôle en fonction de la position ou le TE s’alignera. Malcolm Smith titularisé à la place de Wright ou encore Bobby Wagner ou Bruce Irvin se joindront à la fête, il faudra à tout pris pour les ‘Hawks museler Graham.

Le comeback

Les Seahawks auront attendu encore et encore et encore. Ils avaient pratiquement abandonné, mais ce weekend toute cette attente est récompensée puisque finalement Percy Harvin retrouve le chemin du terrain pour affronter les Saints. On ne s’en souvient plus, c’est comme si cela c’était déroulé il y a des années, mais 15 mois auparavant lorsqu’il n’était pas blesse Percy Harvin était un candidat légitime au titre de MVP. À la moitié de la saison 2012, le dynamique receveur/retourneur/coureur était en route pour une saison à plus de 120 réceptions et affichait une moyenne de 35,9 yards par retour.

La question aujourd’hui est de savoir qu’elle est le niveau d’Harvin ? Que peut-il apporter aux ‘Hawks ?

Il avait partiellement retrouvé le terrain lors de la 11e journée face aux Vikings son ancienne équipe, pour un retour de 58 yards sur un kickoffKickoff
coup de pied d'engagement en début de mi-temps. Effectué balle à terre depuis la ligne des 30 yards de l'équipe qui engage.
et une réception spectaculaire de 17 yards.

Plutôt encourageants, les riches s’enrichissent, Seattle pourrait bien s’être trouvé une nouvelle arme

La Clef du match

Lors de la victoire face aux Saints plus tôt dans la saison, les Seahawks avaient converti 7 de leurs 14 3ème tentatives, joué 69 jeux en attaque et l’avaient emporté 34-7 pour améliorer leur carte à 11-1.

Depuis cette journée le ratio a chuté considérablement, 14 tentatives complétées sur 51 tentatives soit 27 % tout en enregistrant 2 victoires et 2 défaites. Lors de leurs deux défaites la franchise du Washington avait respectivement joué 50 jeux au sol contre les 49ers et 51 face aux Cardinals, cela se tient, car San Francisco et Arizona possèdent des défenses classes dans le top 10.

Pas de risque que cela se produise face à New Orleans ? Pas si sûr, la franchise de Louisiane, sous l’impulsion de Rob Ryan, réalise un des revirements les plus spectaculaires en défense. Après avoir tutoyer le niveau des pires défenses de l’histoire la saison passée avec 440 yards alloués par match, cette saison les Saints affichent un impressionnant  305,7 yards par match soit la 4e défense de la ligue !

 

Les Seahawks sont pratiquement injouables à domicile et les Saints en ont déjà fait les frais plusieurs fois les frais. On peut compter sur Pete Carroll pour continuer à appliquer sa méthode, intraitable en défense, établir le jeu de course grâce à sa bête, Marschawn Lynch puis laisser Russell Wilson finir le job avec ses receveurs, tout en protégeant le cuir. Ainsi et avec le soutient d’un des publics les plus chaud de NFL, toujours plus bruyant les Seahawks ont de bonne chance de passer ce tour. 

 

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

  1 2 3 4 OT Final
Seattle 6 10 0 7 0 23
New Orleans 0 0 0 15 0 15
... chargement de la zone de commentaire ...

 Je ne vois pas de différence entre ce qu'il fait et ce qu'il est. C'est une façon artistique de jouer en ligne offensive. Il fait paraître la tâche facile.  – DeDe Muñoz à propos de son mari Anthony

En VO :  I don't see any contrast between what he does and the way he is. It's an artistic way of playing the offensive line. He makes it look easy. 

Citation réelle proposée par Libs91 pour 10 Bzh. Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !