Les Patriots au criblePreview Playoffs 2014

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

Bill Belichick, le cerveau des Patriots
Bill Belichick, le cerveau des Patriots
le 08/01/2014 à 08:06 par Pierre-François Flores

Le premier tour des playoffs passé, le top 2 de chaque conférence va entrer en lice ce week-end. Dans la continuité de ce que nous vous avons proposé avant les Wild Cards, nous continuons notre passage en revue des forces en présence. Après les Broncos, les n°2 de la conférence américaine : les New England Patriots.

J'aime les appeler les "Highlander" de la ligue tant ils peuvent paraitre invincibles. Enlevez-leur un joueur clé sur chaque ligne, mettez-les 24 points en retard au tableau d'affichage, ils peuvent trouver les ressources pour l'emporter quand même. Cette faculté hors norme de rebondir est dans la culture de leur head coach, Bill Belichick, en place depuis 2000 et assurément l'un des tous meilleurs entraineurs en chef de l'histoire.
Malgré une saison compliquée et des moments de flottement peu habituels avec cette équipe, ils sont là, bien présents, et sont forcément l'un des favoris au titre suprême. 

Le calendrier

12-4. Ils ont bénéficié d'un calendrier assez clément, et il faut bien le reconnaitre, d'une division toujours aussi inconsistante pour se hisser en tête de l'AFC Est et décrocher leur qualification pour ces playoffs. Avec un Strength of Schedule de 47,3% (4ème AFC) et un Strength of Victory à 42,7% (4ème AFC), leur calendrier a été à peine plus compliqué que celui des Broncos.
Cette saison, ils ont perdu 4 matchs dont 2 contre des équipes non qualifiées : les Jets (en OT) et les Dolphins. Ils ont aussi chuté contre les Panthers à Charlotte et contre les Bengals à Cincinnati. Mais à chaque fois, ils ont perdu à l'extérieur et ont un bilan parfait de 8-0 dans leur antre du Gillette Stadium, de bon augure avant d'accueillir les Colts dans la nuit de samedi à dimanche.
Souvent cette saison, ils ont été en difficulté à un moment dans le match mais ont su réagir et finalement arracher la victoire, notamment contre les Saints et les Broncos.

Les forces

Incontestablement l'attaque. Elle est classée troisième de la ligue avec 27,8 points par match et est dans le top 10 en matière de yards globaux (384,5 ypm), à la course (129,1 ypm, 9ème) ou par les airs (255,4 ypm, 10ème). En résumé, les Patriots sont efficaces au moment de trouver la end zoneEnd Zone
Zone d'en-but de 10 yards située de chaque côté du terrain.
.

Les faiblesses

Un effectif décimé par les blessures. On aurait pu mettre leur défense qui n'est que 10ème avec 21,1 ppm et 26ème sur les yards (373 ypm). Mais ce qui risque de poser problème lors de ces potentiellement 3 matchs de phases finales est l'absence de joueurs clés comme Jerod Mayo, Vince Wilfork ou Rob Gronkowski. Si la maestria de Bill Belichick leur a permis d'y faire face jusque-là, nous sommes dans le top 8 NFL et les imprécisions coûtent vite très chères.

La forme actuelle

Ils terminent la saison sur un 5-2 avec une défaite cruciale pour l'attribution de la première place AFC à Miami 24-20. Derrière, ils ont atomisé les Ravens à Baltimore et tranquillement disposé des Bills chez eux dans le dernier match de la saison régulière. Avec un tel bilan et ces statistiques, on ne donnerait pas beaucoup de chances d'aller loin à une équipe normale. Mais il s'agit des Patriots alors forcément, on les respecte.

Les ambitions

Cela fait 9 ans qu'ils n'ont pas gagné le Super Bowl malgré deux nouvelles visites infructueuses. Paradoxalement, New England n'a jamais semblé aussi fort que dans cette période. Mais la vérité d'un soir de playoffs n'est pas celle d'une saison régulière. Alors cette année, avec tout ce qu'ils ont traversé, on se dit pourquoi pas ? Pourquoi ne pas aller chercher ce 4ème titre qui leur permettrait de rejoindre les Steelers de Terry Bradshaw ou les 49ers de Joe Montana ?

Les top joueurs

Impossible de ne pas dire Tom Brady. Le QBQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
est un clutch player (un joueur décisif) capable de gagner des matchs sur une passe après avoir paru à côté de son sujet pendant 45 minutes. Mais c'est probablement le meilleur QB de la ligue dans le dernier acte. Et ça en playoffs où les matchs sont serrés, c'est crucial.
Mais ne nous voilons pas la face. Brady 2013 n'est pas celui des années précédentes. Avec 87,3 de rating, il a sa plus mauvaise évaluation depuis 2003. Pour sa défense, il a été privé de Wes Welker, parti à Denver, de Gronkowski (blessé) et a dû s'appuyer sur des jeunes receveurs.

Pour remplacer Welker, on attendait Danny Amendola (633 yards et seulement 2 TD) mais on a eu Julian Edelman. Cet insaisissable receveur de poche (1m78) a gobé 105 ballons et plus de 1000 yards. Enfin pour l'attaque, LeGarrette Blount termine meilleur coureur de son équipe et la saison en fanfare (773 yards). 

En défense, Aqib Talib (4 INT, 2 fumblesFumble
quand le porteur du ballon laisse échapper celui-ci par maladresse ou suite à un choc. Le ballon est alors à terre mais vivant et c'est la 1ère équipe qui le ramasse qui en prend la possession. Avec les interceptions, le fumble est la seconde façon de rendre le ballon à l'adversaire. Ensemble, ils constituent des Turnovers (pertes de balle). C'est souvent cette stat. qui décide de l'issue de la rencontre.
), Logan Ryan (5 INT), le linebacker Dont'a Hightower (97 plaquages) et le DE Chandler Jones (11,5 sacksSack
plaquage du QB dernière la ligne de scrimmage (perte de terrain).
font parti des joueurs clés dans la bend but don't break defense (la défense qui plie mais ne rompt pas) mise en place par le gourou Belichick.

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

  1 2 3 4 OT Final
New England 14 7 8 14 0 43
Indianapolis 7 5 10 0 0 22
... chargement de la zone de commentaire ...

 L'interview pré-draft la plus marquante que j'ai eu lors de mes 25 ans de carrière ? Russell Wilson. Et de loin.  – John Dorsey, GM des Chiefs

En VO :  The most impressive interview I've ever had in the last 25 years of doing this ? Russell Wilson. Wasn't even close. 

Citation réelle proposée par TD pour 10 Bzh. Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !