Broncos vs Seahawks, duel au sommet de la liguePreview du Super Bowl XLVIII

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

le 31/01/2014 à 00:46 par Pierre-François Flores

Voila, nous y sommes. La saison NFL 2013 touche déjà à sa fin. Il ne reste plus qu'un match à jouer, le 267ème et le plus attendu : le Super Bowl. Cette 48ème édition, qui pour la première fois va se joueur par temps froid (à New York), nous offre une affiche souvent rêvée mais, aussi étonnant que cela puisse paraitre, plutôt très rare puisque ce n'est que la 2ème fois en 20 ans que les N°1 de chaque conférence s'affrontent (Super Bowl XLIV : Saints vs Colts, 2009) : les Denver Broncos contre les Seattle Seahawks.

Meilleure attaque vs meilleure défense

Que ce soit en points...

Chacune des deux équipes a dominé la ligue dans l'un des deux secteurs phares. Les hommes de Pete Carroll sont les maitres incontestés de la défense cette saison avec 14,4 points concédés par match, soit un peu plus de 2 touchdownsTouchdown (TD)
c'est l'essai qui vaut 6 points et qui peut être transformé au choix à 1 ou 2 points. Il suffit que le ballon pénètre dans la endzone. (pas besoin d'aplatir)
. En face, ceux de John Fox ont écrasé la ligue offensivement, principalement par la voie aérienne, et sont les premiers à avoir marqué plus de 600 points (606) en 93 saisons NFL. Leur moyenne de 37,9 points par match (5 TD et un field goalField Goal (FG)
coup de pied à 3 points effectué le plus souvent en 4ème tentative quand l'attaque a été bloquée. Il est joué depuis l'endroit où la dernière action c'est achevée. En cas de réussite c'est 3 points et engagement. En cas d'échec, la possession change de camp mais il y a deux possibilités : avant le snapSnap
signal de départ de l'action, quand le centre transmet la balle au QB.
, la balle était à l'intérieur des 20 yards, on replacera alors la balle sur la ligne des 20 yards ou elle était placée au-delà des 20 yards, on la replacera au même endroit.
!) n'est battue que par les Los Angeles Rams de 1950 avec 38,83 ppm.
Une telle confrontation n'a eu lieu que 5 fois depuis la fusion AFL-NFL de 1970, la dernière fois en 1990 (SB 25). A ce petit jeu, l'avantage va 3 fois sur 4 à la défense puisque seuls les 49ers de 1989 avait écrasé la D des Broncos lors de la 24ème finale (55-10).

... ou en yards

Là aussi Broncos et Seahawks s'opposent. Denver a parcouru 7317 yards tout au long de la saison (457,3 ypm) tandis que Seattle n'en a concédé que 4378 (273,6 ypm). Il est encore plus rare d'avoir les meilleures escouades en matière de yards dans un Super Bowl puisque ce n'est que la deuxième fois que cela arrive en 43 saisons (XXXVII, Buccaneers vs Raiders, 2002) et comme pour les points, c'est la meilleure défense qui l'a emporté.

Et de l'autre côté du ballon ?

Maintenant que nous avons vu que ce match va opposer le top de la ligue en matière d'attaque et de défense, voyons ce que ces équipes valent dans leur secteur "faible" ?

La défense de Denver progresse...

Si la défense des Broncos a été une passoire tout au long de la saison régulière avec le 22ème rang en points (24,9 ppm), le 19ème en yards (356 ypm) et le 27ème en yards à la passe (254,4 ypm), il y a un compartiment où elle a été efficace c'est celui de la défense contre la course. Avec 101,6, elle occupe la 7ème place ex-aequo avec les...Seahawks. Mais ne vous fiez pas à ces mauvais statistiques ! Malgré la perte de Von Miller et de Chris Harris en fin de saison régulière, les Broncos ont su monter en puissance dans la "second season" et occupent la 2ème place de ces playoffs en yards concédés avec 289,5 ypm et en points avec 16,5 ppm (Seattle a 16 ppm). Mieux, elle est première avec 64,5 ypm laissés au coureur adversaire. On leur promettait notamment un match difficile contre LeGarette Blount, ce fut une partie de plaisir. Enfin, dans le secteur le plus suspect, la défense des airs, ils font jeu égal avec Seattle avec 225 ypm accordés aux QBQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
adverses.

...l'attaque de Seattle stagne

Seattle dispose d'une attaque moyenne en matière de yards gagnés (17ème à 339 ypm) notamment en raison d'un secteur aérien peu productif (26ème à 202,2 ypm) mais qui est largement compensé par le jeu de course de The Beast (4ème avec 136,8 ypm) qui lui permet d'accrocher la 9ème place en yards avec 26,1 ppm. Marshawn Lynch (c'est lui The Beast) est le coureur le plus prolifique ces 3 dernières saisons en NFL avec à chaque fois au moins 1000 yards courus et 10 touchdowns marqués. Dans ces phases finales, face à des défenses resserrées mais aussi en raison des conditions de jeu difficile à Seattle, les 'Hawks n'ont marqué que 23 ppm et gagné 292,5 ypm. Pire, avec 148 ypm, c'est la plus mauvaise attaque aérienne de ces playoffs, mais comme en saison régulière, le jeu au sol les sauve et progresse à 144,5 ypm.

Changement de gestion de l'horloge pour les Broncos

L'amélioration des statistiques de Denver s'explique aussi par le fait que leur attaque a beaucoup plus géré le chronomètre qu'en saison régulière. Durant les 16 premiers matchs, elle avait la possession en moyenne 30:31 (une seconde de moins que Seattle) ce qui lui donnait la 15ème place. Lors des deux dernières rencontres, et ce fut criant contre les Patriots, elle a monopolisé le cuir en moyenne 35:36 (2ème derrière les Chiefs). De leur côté les Seahawks ont montré une régularité d'horloger avec 30:29 en phases finales.
Forcément, plus on garde le ballon longtemps et moins on concède de yards et de points. L'inconvénient étant que l'on en marque moins aussi : 25 ppm vs 37,9 en saison régulière.

La bataille des turnovers

Voici une statistique clé dans les Super Bowls puisque l'équipe qui remportent la bataille des turnovers est sacrée dans 89,7% des cas (35/39, 8 matchs où le différentiel vaut 0). On constate également que 41 des 47 vainqueurs des Super Bowls avaient un ratio positif pendant les playoffs. Les Seahawks ont +3, les Broncos -2.

Durant la saison régulière, Seattle a écrasé la ligue avec un différentiel de +20 tandis que les Broncos sont à 0. La "Legion of Boom" terrorise la ligue avec 39 ballons arrachés et un monstrueux 28 interceptionsInterception
passe du QB rattrapée par un défenseur (un adversaire).
dont 8 par le seul Richard Sherman, le meilleur de la ligue dans ce domaine. Depuis son arrivée dans la ligue en 2011, Sherman a gobé 20 QB. Il est le meilleur de la NFL. A ces côtés, le safetySafety
Signifie deux choses différentes : 1) c'est le plaquage du porteur du ballon dans sa propre zone d'en-but. Cela rapporte 2 points à l'équipe qui l'effectue et elle récupère la possession du ballon. L'équipe victime du safety va alors dégager depuis ses 20 yards au moyen d'un botté façon "punt". 2) c'est un poste en défense. Le safety est en quelque sorte le dernier rempart. Par analogie avec le football "européen", on le qualifie de "libéro".
Earl Thomas est le seul à son poste ces 10 dernières saisons à réaliser 100 plaquages, 5 INT et 2 fumblesFumble
quand le porteur du ballon laisse échapper celui-ci par maladresse ou suite à un choc. Le ballon est alors à terre mais vivant et c'est la 1ère équipe qui le ramasse qui en prend la possession. Avec les interceptions, le fumble est la seconde façon de rendre le ballon à l'adversaire. Ensemble, ils constituent des Turnovers (pertes de balle). C'est souvent cette stat. qui décide de l'issue de la rencontre.
forcés. Avec Kam Chancelor, nous avons les 3 membres de la Legion sélectionnés au Pro Bowl cette saison.

Les équipes spéciales

Ce secteur de jeu arrive souvent bien après le reste quand il s'agit d'analyser un match à venir. Et pourtant il est souvent crucial. Imaginez Scott Norwood passer son field goal contre les Giants lors du Super Bowl XXV ? Imaginez l'inverse pour Adam Vinatieri lors de la 36ème finale ? Enfin imaginez Desmond Howard ne pas faire son retour de kickoffKickoff
coup de pied d'engagement en début de mi-temps. Effectué balle à terre depuis la ligne des 30 yards de l'équipe qui engage.
de 99 yards face aux Patriots en 1997 ?
Les Seahawks disposent d'un net avantage sur leur adversaire de dimanche. Au niveau des botteurs pas de souci. Les deux équipes ont ce qui se fait de mieux dans la ligue avec Steven Hauschka (SEA, 33/35) et Matt Pratter (DEN, 25/26) qui a établi un nouveau record du plus long field goal réussi avec 64 yards. Non, ils dominent en fait dans le secteur des relances de puntPunt
action utilisée en 4ème tentative et x yards à parcourir. Plutôt que de tenter les x yards, l'attaque choisit de botter le plus loin possible pour faire reculer son adversaire.
, aussi bien en attaque qu'en défense. Ils sont à la 3ème place NFL grâce à Golden Tate pour le retour et à la deuxième quand il s'agit de défendre. Tate n'a pas inscrit de TD mais il a souvent permis à son attaque de démarrer en excellente position sur le gridiron.
Denver a dans ses rangs l'un des meilleurs relanceurs de la ligue en la personne de Trindon Holliday. Avec un TD tous les 5,3 matchs, il fait mieux que Devin Hester (6,7). Mais Holliday a un gros problème, il est sujet aux fumbles. Sur 61 ballons touchés, il en a commis 5 pour 2 perdus. De plus les Broncos ont la fâcheuse habitude de cafouiller ces phases importantes. On peut en dénombrer 6 depuis la week 12 (un par match !) : le ballon touché par Tony Carter sur punt en overtime et recouvert pas les Patriots qui gagnent le match, le retour de kickoff de 108 yards de Knile Davis, celui de 95 yards de Leon Washington, le hors-jeu contre les Chargers qui leur redonne un first downFirst Down
1ère tentative. Série de 4 tentatives dont l'attaque dispose pour couvrir un minimun de 10 yards.
et plie le match, un retour de punt de 50 yards annulé par une pénalité et le punt bloqué de Colquitt lors du dernier match de la saison. Autant dire que les fans des Broncos vont trembler sur chaque ballon botté.

Duel de quarterbacks

Nous aurons bien assez de temps après le Super Bowl d'écrire sur l'héritage de Peyton Manning. Un deuxième sacre changerait beaucoup de chose pour lui et sa légende même si objectivement, 60 minutes de fooball ne vont pas décider à la place de 15 années au top niveau.
On sait que Manning a réalisé une saison absolument incroyable et que le déjà unique quadruple MVP de l'histoire devrait être élu samedi pour la cinquième fois. L'idée est plutôt de le comparer à son adversaire Russell Wilson. Le QB, de 12 ans son cadet, a gagné 27 matchs (playoffs inclus) lors de ses 2 premières saisons ce qui est un record. En cas de victoire, il rejoindrait Kurt Warner, Tom Brady et Ben Roethlisberger (mais ces deux derniers étaient plus jeunes que Wilson) qui ont gagné un Super Bowl lors de leur première ou deuxième saison. Ces trois là totalisent 11 participations pour 6 victoires.
Cette saison Wilson a rendu une fiche de 3357 yards pour 26 touchdowns, 9 INT et un rating supérieur à 100 (101,2) pour la deuxième fois en deux ans, un record également. A cela s'ajoute 539 yards au sol avec une moyenne de 5,6 yards par course. Si la défense de Denver est efficace dans ce domaine, elle n'a jamais été encore confronté à une telle double menace : un running backRunning Back (RB)
Terme générique qui englobe les HB et les FBFullback (FB)
coureur puissant et polyvalent. Il joue le rôle de bloqueur, de receveur et de bulldozer balle en main. Constitue avec les halfbacks (HB), les running backs (RB).
.
performant accompagné d'un QB habitué aux chevauchées solitaires.

Pour Manning, ce Super Bowl est la consécration d'un comeback amorcé l'année dernière après une saison 2011 manquée sur blessure et 4 opérations à la nuque qui aurait pu mettre un terme à sa carrière. A 37 ans, le passeur est à son top. Il est le deuxième joueur à emmener deux équipes différentes au Super Bowl après Kurt Warner qui avait gagné avec les Rams mais perdu avec les Cardinals. S'il gagne et qu'il est en plus nommé MVP, il rejoindra 5 autres joueurs multiples meilleur joueur du match dont son frère Eli (Joe Montana 3, Terry Bradshaw, Eli et Bart Starr 2).
En 2013, il a passé pour 5477 yards (record), 55 TD (record), 10 interceptions et à le 4ème rating de l'histoire avec 115,1. En comptant les playoffs, il a passé pour 59 touchdowns déjà de loin un record NFL. Souvent critiqué pour ses performances dans les matchs cruciaux (même s'il a gagné un Super Bowl !), il n'aura pas la tâche facile face à la Legion of Boom. Elle aura étudié des heures durant le moindre jeu de passe et sera prête à sauter sur tous les ballons. Manning aura besoin de Knowshon Moreno (1038 yards au sol et 10 TD) pour la destabiliser.

 

Vous l'aurez compris, il est difficile de faire son choix entre ces deux équipes tant elles excellent dans leur point fort. C'est du coup peut être du côté des points "faibles" qu'il faut trouver la solution : l'attaque de Seattle ou la faculté à arracher des ballon de la défense de Denver ?
Et puis il y a aussi le facteur expérience. Comment Wilson va-t-il gérer la pression de l'évènement ? La défense sera-t-elle se maitriser face à des receveurs expérimentés comme Wes Welker ou Demariyus Thomas ?
Seattle ou Denver, Broncos ou Seahawks, le Super Bowl XLVIII devrait être un grand cru. Nous l'espérons serré et parce qu'il faut bien se jeter à l'eau, disons 21-17 pour les Broncos. 

Retrouvez les statistiques "scoring" du Super Bowl.

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

  1 2 3 4 OT Final
Denver 0 0 8 0 0 8
Seattle 8 14 14 7 0 43
... chargement de la zone de commentaire ...

 Dans cette équipe, nous sommes tous unis derrière un but commun : conserver mon job.  – Lou Holtz

En VO :  On this team, we're all united in a common goal : to keep my job. 

Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !