Casque d'Or: Ours vs Giants

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

Les Ours face aux Giants
Les Ours face aux Giants
le 03/04/2013 à 21:34 par Brice Lapeyre

En ce weekend pascal, les Ours de Toulouse et leurs adversaires du jour, les Giants de St. Étienne profitaient, entre les dernières giboulées de mars, d’un soleil radieux et de conditions idéales pour s’affronter.
Les Stéphanois après un long et rude voyage venaient en terres occitanes pour confirmer leur résultat de l’année dernière face aux Toulousains (large victoire 39-7 NDLR) et également tenter de relancer leur saison jusqu’ici décevante (un record de 1-5).
Les locaux quant à eux voulaient prendre leur revanche sur la saison passée, mais également se rassurer après deux défaites consécutives et se racheter enfin devant leur public, qui jusqu’à présent ne les avait vus l’emporter qu’une seule et unique fois.

Les Toulousains débutent le match ballon en main. Une fois n’est pas coutume, l’attaque de la ville rose est efficace dès l’entame du match, accumulant alors les premières tentatives. Les Ours se retrouvent rapidement en position de marquer, ce qu’ils ne se privent pas de faire par l’intermédiaire de Jonathan Osei #84. Les Ours prennent alors la tête 7-0. 
À noter sur ce premier drive, la blessure d’un défenseur stéphanois obligé de quitter le terrain suite à une blessure au genou. 
Les joueurs du forez, récupèrent le ballon sur le coup d’envoi, et malgré leurs efforts sous la direction de Sean Foster leur QBQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
américain, ils se voient rapidement obligés de se dégager sous la grosse pression de la défense adverse, donnant ainsi une nouvelle munition aux locaux. Les Toulousains comme sur le premier drive progressent. Les Giants mettent tout en œuvre pour ralentir les offensives mais sont une nouvelle fois malheureux : leur effectif, déjà restreint, s’affaiblit d’une unité supplémentaire en perdant un nouveau défenseur sur blessure.
Par la suite, les Ours concrétisent une nouvelle fois leur possession, lorsque le QB#15 Rémi Gontié se connecte parfaitement avec son TE#95 Sydney Édouard sur une passe dans le flat. Ce dernier convertit alors sa réception en touchdownTouchdown (TD)
c'est l'essai qui vaut 6 points et qui peut être transformé au choix à 1 ou 2 points. Il suffit que le ballon pénètre dans la endzone. (pas besoin d'aplatir)
après une course de 50 yards. Les Ours font le break 14-0, score inchangé jusqu’à la fin du 1er quart-temps. 

Lors du 2ème quart-temps, les Toulousains n’entendent pas relâcher leur pression, et grâce à une défense toujours oppressante, ils contrarient les tentatives de passes de Sean Foster et de courses de Jonathan Édouard et consort. Les Giants ne trouvent que peu d’espace pour progresser en ce début de match. Les joueurs de St. Étienne doivent rendre à nouveau le ballon à leurs homologues. 
L’attaque des Ours dans un bon jour, ne commet pas de fautes, le tempo qu’elle imprime lui permet de s’enfoncer une nouvelle fois dans le camp stéphanois. 

Sean Foster à l'attaque
Sean Foster à l'attaque (Eric Gutierrez)
A 30 yards de l’en-but des Giants, Jimmy Chaouat, l’autre QB des Ours, lance un passe lobée tout en touché qui vient mourir dans les bras du WR #87 Pierre Bartalan, libre de tout marquage, qui parcours les deux derniers yards le séparant de la terre promise en marchant. Une nouvelle conversion réussie des Toulousains porte le score à 21-0. 
Le QB des verts et argent ne peut développer le jeu de son équipe car il se retrouve constamment sous la menace de la D-Line toulousaine et se trouve obligé de courir pour échapper à la pression. Un énième ballon est rendu aux Ours, qui en profitent pour creuser irrémédiablement leur avance, cette fois-ci par une course de leur RB#44 François-Xavier Lecomte. La marque n’évoluera plus jusqu’à la mi-temps, les locaux dominent les débats : Ours 28-0 Giants.

En début de seconde mi-temps, les Ours poursuivent toujours aussi sérieusement la rencontre, la mi-temps n’ayant en rien refroidi les ardeurs des locaux, acculant les Giants dans leur camp, Sean Foster se voyant même intercepté par Naguib Boumediane #2. L’attaque des Noirs et Blanc capitalise sur ce turnover, Sydney Édouard s’offre même le luxe d’inscrire un doublé pour son anniversaire. Les Ours mènent alors 35-0. 
L’effectif stéphanois, étant trop réduit pour pouvoir tourner, commence à être émoussé, cela se traduisant par une nouvelle interceptionInterception
passe du QB rattrapée par un défenseur (un adversaire).
, cette fois-ci de Pierre Acosta #23, qui redonne la possession à ses Ours en position préférentielle. La victoire semble alors toute acquise.

Lors du dernier quart, le staff toulousain décide de faire tourner l’effectif, c’est alors que Frédéric Fremont #29 va s’illustrer en trois courses, marquant par la même occasion son premier TD. Les Ours sont alors en tête 42-0. 
En même tant que l’enjeu, la concentration des Toulousains retombe un peu dans cette dernière période, commettant alors un fumbleFumble
quand le porteur du ballon laisse échapper celui-ci par maladresse ou suite à un choc. Le ballon est alors à terre mais vivant et c'est la 1ère équipe qui le ramasse qui en prend la possession. Avec les interceptions, le fumble est la seconde façon de rendre le ballon à l'adversaire. Ensemble, ils constituent des Turnovers (pertes de balle). C'est souvent cette stat. qui décide de l'issue de la rencontre.
sur un puntPunt
action utilisée en 4ème tentative et x yards à parcourir. Plutôt que de tenter les x yards, l'attaque choisit de botter le plus loin possible pour faire reculer son adversaire.
anodin. Cette erreur permet aux Giants de s’accrocher en restant dans le camp toulousain. Au mental, ils inscrivent alors leurs premiers points par l’intermédiaire d’un field goalField Goal (FG)
coup de pied à 3 points effectué le plus souvent en 4ème tentative quand l'attaque a été bloquée. Il est joué depuis l'endroit où la dernière action c'est achevée. En cas de réussite c'est 3 points et engagement. En cas d'échec, la possession change de camp mais il y a deux possibilités : avant le snapSnap
signal de départ de l'action, quand le centre transmet la balle au QB.
, la balle était à l'intérieur des 20 yards, on replacera alors la balle sur la ligne des 20 yards ou elle était placée au-delà des 20 yards, on la replacera au même endroit.
et profite de l’occasion pour ne pas rentrer fanny à St. Étienne. Le score est alors 42-3 en faveur des locaux. 
Les Giants galvanisés par la réduction du score tentent alors de poursuivre leur temps fort. Ils multiplient les passes, pour tenter un mini comeback, mais une nouvelle fois à l’approche de la red zone des Ours, le QB est intercepté par la défense locale. Le LB#41 Rémi Kasprzak, se paye même le luxe de remonter le cuir sur plus de 40 yards, rendant le ballon à l’attaque, une fois de plus en position très favorable. 
Laurent Vitasse #9 convertira cette nouvelle opportunité par une course, faisant encore gonfler le score. 49-3 pour les Ours. Le score n'évoluera plus jusqu'à la fin de la rencontre.

Suite à la mi-temps, les Stéphanois ont bien tenté de s’ajuster, mais certainement dû à un effectif trop restreint, ils se sont très vite retrouvés handicapés par 3 blessures, ils n’ont alors pas pu changer la physionomie du match, bien que s’accrochant jusqu’au coup de sifflet final. La fin de saison des Giants s’annonce bien morose, ils ont maintenant comme seul et unique objectif le maintien, qu’ils joueront lors du match retour contre les Hurricanes de Montpellier.

Sydney #95 & Jonathan #22 Edouard
Sydney #95 & Jonathan #22 Edouard (Eric Gutierrez)
Côté locaux, enfin un match plein et sérieux dans tous les secteurs de jeu, permettant même aux coachs dans le 4ème quart de faire tourner l’effectif, pour permettre aux habituels remplaçants de prouver leur valeur. Les Ours devront sortir une nouvelle fois de leur hibernation et rendre une copie identique s’ils souhaitent battre les Iron Mask de Cannes dans 10 jours et par la même espérer valider leur ticket pour les playoffs.

La belle histoire du jour n’était pas à chercher du côté des Ours qui engrangeaient les points comme les cloches, en route pour Rome, sèment les œufs, mais plutôt dans la réunion de la fratrie Édouard. Côté Ours on pouvait trouver Sydney, TE #95 et côté Giants Jonathan, RBRunning Back (RB)
Terme générique qui englobe les HB et les FBFullback (FB)
coureur puissant et polyvalent. Il joue le rôle de bloqueur, de receveur et de bulldozer balle en main. Constitue avec les halfbacks (HB), les running backs (RB).
.
#22. Bien qu’adversaires cet après-midi, les deux sont ressortis vainqueurs, le premier avec la victoire et deux TD pour fêter son anniversaire, le second rentre certes les valises pleines, mais avec le cœur léger d’avoir partager un intense moment avec son frère, comme seul le sport le permet. C’est ce genre de clin d’œil, d’histoire d’hommes, qui donne tout son sens à notre sport. 

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

  1 2 3 4 OT Final
Toulouse 49
Saint-Etienne 3
... chargement de la zone de commentaire ...

 En NFL les linemen jouent différemment (de la NCAA) ; ils utilisent leurs mains plutôt que leur tête et les épaules  – Jim Otto (QB légendaire des Raiders)

En VO :  The NFL offensive blocking is played differently ; they use their hands instead of their head and shoulders. 

Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !