Elite : Revue d'effectif Equipe par Equipe après 4 rencontresLe point au sud

Duel défensif
Duel défensif
le 21/03/2013 à 15:56 par Thomas Depaepe

A un tiers du championnat Elite, il est temps de faire un point sur le lancement de la version 2013 de la course au casque de diamant. L’idée étant de jauger les forces en présence et si possible d’anticiper l’avenir des 9 équipes Elite… sachant qu’il n’y aura que 4 élus pour les playoffs. Si cet article suscite des réactions ou la contradiction : tant mieux ! car c’est dans l’échange que vit notre passion.

Afin de faciliter la lecture, nous avons scindé l'article en 2 parties (les 5 du nord d'une part, les 4 du sud de l'autre).

 

Dauphins 2v-1d-1n

Joe Scibilia file au sol
Joe Scibilia file au sol (Viriginie Rossenu)
Ambitieux avant même le début du championnat, et non sans raison après ses 3 finales Juniors et des recrutements de qualité à l’intersaison (Arnaud Vidaller, Anthony Couvin…), les Dauphins ne sont pas loin de leur objectif sur ce premier quart de saison : en tête de la poule Sud.

En effet, malgré un gros début de saison en termes d’opposition (à part les Centaures, toutes les autres équipes ont des bilans positifs), les Dauphins s’en sont plutôt bien sortis et surtout ils ont gagné leurs deux affrontements directs face aux clubs sudistes. Alors évidement les hommes de Fred Charmeroy doivent avoir en travers de la gorge leur match nul face au Flash… mais pour l’instant ce match ne leur pose pas de problèmes pour être en tête de la zone Sud.

Doté d’un QBQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
sérieux en la personne de Joe Scibilia, d’un playmaker avec Anthony Couvin, de nombreux jeunes joueurs et d’une défense aux airs de char d’assaut, l’équipe la plus méridionale du championnat Elite est une véritable machine à gagner… même si elle a été prise au filet par les Molosses samedi dernier.

La semaine prochaine l’équipe se déplace chez des Black Panthers convalescents, mais si elle l’emporte il est déjà presque certain qu’elle aura fait un grand pas vers les playoffs.

 

Kangourous 2v-2d

Les <a href='/france/pessac-kangourous'>Kangourous</a> fiers de leurs (nouvelles) couleurs
Les Kangourous fiers de leurs (nouvelles) couleurs (Pascal Gérard)
Alors que le championnat n’était pas encore lancé, les Kangs perdaient leur « Import à tout faire » Fred Wells pour une histoire de Visa… mais cette mésaventure a été vite de l’histoire ancienne avec les deux victoires d’entrée de saison (Black Panthers et Spartiates).

La saison est encore jeune, mais deux choses sont certaines du côté de Pessac : la défense est performante et leur attaque très dépendante de Jimmy Russell.

Côté positif il y a donc une défense intraitable capable de sortir des turnovers multiples (6 contre le Flash le week-end dernier) et d’aller chercher les QB derrières les lignes offensives. Les joueurs derrière ce rideau rouge sont plutôt jeunes et souvent passés par l’équipe de France Junior et le pôle de Pessac à l’image des Anthony Cheron, Victor Ferrier, Dorian Marius ou Geoffrey Malek.

Mais si l’équipe force énormément de turnovers, elle est aussi souvent incapable de capitaliser dessus et trop souvent stérile aux abords de la zone rouge. Il y a évidemment un petit manque de playmaker côté offensif, mais il y a surtout depuis 2 semaines un Jimmy Russell sur une jambe (blessure au premier quart-temps contre les Dauphins et un match sous « perfusion » contre le Flash) et cela tue dans l’œuf une grande partie de leur cahier de jeu et de leurs possibilités en attaque.

Pour tous ceux qui veulent croire à une qualification aux playoffs des promus du sud, il est évident qu’il faudra espérer un retour en forme rapide de Jimmy Russell… car sinon l’équipe risque de manquer d’arguments au fur et à mesure que les autres formations vont hausser leur niveau de jeu.

 

Black Panthers 1v-3d

Les Black Panthers
Les Black Panthers (T.Savoja, FA.com)
L’équipe de Larry Legault est l’une des grosses cylindrées du championnat avec son jeu rodé et ses atouts nombreux (et même renforcés à l’intersaison)… mais pour l’instant sa fiche est pour le moins décevante avec 3 défaites. Pourquoi cela ? La faute à la météo premièrement, et deuxièmement à des blessures préjudiciables.

La météo car cette dernière (la neige en particulier) a rendu souvent peu praticables leur terrain d’entrainement et cela pèse forcément l’état de forme et de préparation tactique de l’équipe.

Les blessures, et en premier lieu celle de Maxime Sprauel (doublée de celle de Frank Galvin le week-end dernier), handicapent aussi très largement leur niveau de jeu comme on l’a vu face aux Templiers où l’équipe n’avait plus guère d’options en attaque. Mais comme la neige qui va disparaitre, nul doute que l’on reverra très vite le QB de l’équipe de France aux manettes (dés le week-end prochain sûrement) et d’un coup l’équipe risque de changer de physionomie.

En effet, les fans de Thonon savent que l’équipe a de solides atouts pour aller loin cette saison avec en premier lieu un jeu au sol sur-vitaminé grâce à l’indispensable Import Stephen Neville (coureur, relanceur et très bon DB), le solide Alex Thomas, l’ex-minotaure Stephen Yepmo actuellement « on fire », le jeune Armel Ahidazan (RB/LB)… sans oublier Dimitri Kiernan qui fait régulièrement le double plateau.

Les 3 prochains matchs seront en tout cas déjà décisifs avec l’accueil des Dauphins, puis du Flash et enfin des Kangourous (pour la revanche de la première journée ?). Un bilan négatif sur ce « tiercé » serait problématique… mais gageons que les Black Panthers vont sortir les griffes pour éviter la bulle.

 

Centaures 0v-4d

Les Centaures à la course
Les Centaures à la course (Thomas Depaepe)
Lanterne rouge du championnat, les Centaures ont un goal-average particulièrement négatif avec -89 points (28 points marqués pour 117 encaissés) et sortent tout juste d’un blanchissage face aux Cougars.

Coté Centaures, l’intersaison a été marquée par le départ de plusieurs joueurs clés : citons forcément le receveur Anthony Dablé, « l’homme à tout faire » Paul Braisaz-Latille (qui était ultra important hors des terrains), l’expérimenté homme de ligne Alexis Stropiano, le receveur junior Maxime Durand-Gasselin (reparti aux Canonniers) ou le D-Line Mehdi Bekheira. Et ces départs n’ont pu être compensés tant en nombre qu’en qualité.

Alors difficile d’être optimiste pour les Grenoblois, même si des jeunes joueurs comme Loïc Caruso, Hugo Allamanno, Maxime Zardo ou Teddy Colamonicco se démènent comme des beaux diables sur le terrain. Des bonnes individualités donc, des Imports corrects en défense (Caleb McCoy et Billy Lemoine)… mais un manque de profondeur et de régularité qui est vraiment préjudiciable pour leurs espoirs de « rédemption » cette saison.

 

... chargement de la zone de commentaire ...

 Un coach qui a du succès est un coach qui est toujours sous contrat.  – Ben Schwartzwalder, coach, Syracuse

En VO :  A successful coach is one who is still coaching. 

Citation décalée proposée par micky pour 10 Bzh. Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !