Les premiéres leçons de la défaite des Patriots

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

Brady au sol
Brady au sol
le 06/02/2012 à 20:43 par Thomas Depaepe

Peyton Manning a été la bête noire des Patriots pendant de nombreuses années, mais au final ce sera plutôt Eli Manning qui restera dans les cauchemars des fans de la franchise de Boston… à moins que ce ne soit la « Justin Tuck Rules » qui au final se sera retournée contre eux.

Ceci dit, si on regarde le match à tête reposée, les Patriots n’ont pas forcément démérités, mais ils ont par contre manqués de plusieurs chose pour l’emporter (et pas seulement d’un temps mort ou de quelques secondes) et contrairement à ce que l’on pouvait supposer c’est offensivement que les Patriots ont eu des lacunes alors que coté défensif New England a été plutôt solide avec Rob Ninkovich, Brandon Spikes et Sterling Moore parmi les plus en vue.

 

Un corps de receveur décevant

Quand on voit le nombre de receveurs qui ont brillé pour Manning (Nicks, Cruz, Mannignham…) on se dit que les Patriots étaient trop juste offensivement pour aller cherche le titre ; d’autant plus que le jeu aérien était leur arme la plus létale. Rob Gronkowski a été transparent du fait de sa blessure au final bien plus handicapante qu’il n’y paraissait (sur l'avé Maria il tente à moitié d'aller chercher le cuir), Chad Ochocinco a été égal à lui-même (absent même s’il a pris une vingtaine de yards sur un tracé), Deion Branch et Wes Welker n’ont pas été à leur niveau habituel : pour Welker, c’est clairement la défense qui l’a neutralisé, mais pour Branch c’est plus compliqué car le receveur pourtant d’habitude hyper fiable a dropé 2 ballons et il a en plus paru lent sur les tracés profond.

Dès lors il ne restait à Brady plus qu’Hernandez (qui lui aussi a droppé un ballon essentiel sur le dernier drive) qui a réalisé un match solide.

Si on regarde le dernier drive, on voit Branch et Hernandez échapper le cuir (et sur le drive précédent, c'est Welker qui échappe un ballon qui aurait laissé les Pats sur le terrain)… ce qui met fin à tous les espoirs et résume dramatiquement le match.

 

« Un seul être vous manque » et Wes Welker est perdu

Normalement, le jeu aérien des Patriots est assez simple : Branch prend la profondeur, Gronkowski et Hernandez cherchent les mis-matchs et donnent de l’air à Welker pour des tracés courts plein axe ou il se retrouve face à un linebackerLinebacker (LB)
joueur de la défense polyvalent qui constitue le 2ème rideau défensive.
. Mais rien de tout cela n’a fonctionné lors du Superbowl 46 : Gronkowski a été couvert par un Bernard Pollard certainement heureux de n’avoir rien de spécial à faire, ce qui a conduit les Giants a systématiquement utiliser un nickel-corner sur Welker. Le mis-match habituel n’était pas là et en plus Welker a sous performé face à des Giants qui ont souvent fait une couverture de zone au milieu.

 

2 mauvais choix de Brady

Les deux quarterbacksQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
rendent presque le même nombre de yards et le même ratio de passes complétées… mais la différence c’est que Brady lance deux balles qui changent un peu la donne : le safetySafety
Signifie deux choses différentes : 1) c'est le plaquage du porteur du ballon dans sa propre zone d'en-but. Cela rapporte 2 points à l'équipe qui l'effectue et elle récupère la possession du ballon. L'équipe victime du safety va alors dégager depuis ses 20 yards au moyen d'un botté façon "punt". 2) c'est un poste en défense. Le safety est en quelque sorte le dernier rempart. Par analogie avec le football "européen", on le qualifie de "libéro".
d’entrée et l’interception en fin de match.

Le Safety d’entrée de match coûte cher aux Patriots car plus que les 2 points, il donne aux Giants 5 minutes et 28 secondes de plus en attaque face à une défense de Boston qui tirait clairement la langue. En effet, après 6 minutes passées sur le terrain, l’escouade défensive a du revenir sans avoir eu le temps de souffler et Coughlin en a profité pour lancer ses coureurs histoire de fatiguer encore un peu plus les Mayo, Wilfork (très bien pris en double team tout le match) ou Spikes.

Après 11 minutes et 28 secondes passées en défense (avec juste 6 secondes de repos), la défense a fini par céder et les Giants ont alors mené 9-0.

Le second mauvais choix de Brady arrive alors qu’il évite un sackSack
plaquage du QB dernière la ligne de scrimmage (perte de terrain).
et s’enflamme en misant sur un mis-match Hernandez face à Blackburn… le cuir est un peu court et c’est Blackburn qui capte le ballon pour l’interception. Certes l’interception ne donne que 3 points aux Giants, mais une nouvelle fois elle donne 5 minutes supplémentaires sur le terrain à la défense des Patriots… et donc 5 minutes de repos à une escouade des G-Men qui n’en demandait pas tant pour être en pleine forme pour les dernières minutes du match.

Ces deux mauvais choix coutent des points et fatiguent une défense qui n’avait pas besoin de cela.

 

Avec Hernandez et Gronkowski qui arrivent à la fin de leur seconde saison rookie, avec Welker qui est en fin de contrat, Branch qui n’est plus tout jeune (32 ans) et Ochocinco qui devrait ranger son chapiteau cet été… les Patriots ont intérêt à poursuivre leurs efforts pour trouver un second souffle en attaque (sans compter qu’ils doivent nettement renforcer leur défense) pour espérer regagner un Superbowl ; mais est-ce dans les cordes de docteur Belichick ?

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

  1 2 3 4 OT Final
New England 0 10 7 0 0 17
New York 9 0 6 6 0 21
... chargement de la zone de commentaire ...

 Les perdants d'hier sont les gagnants de demain.  – Terrell Owens

En VO :  Yesterday's loser was determined to become tomorrow's winner. 

Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !