Super Bowl XXXIX : Preview Eagles vs Patriots

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

le 06/02/2005 à 00:36 par Pierre-François Flores
Mise à jour du 22/10/2010 à 17:48

Demain soir, nous serons des centaines de millions de personnes, les yeux rivés sur notre poste de télévision pour voir le Super Bowl XXXIX.
Une fois n'est pas coutume, la grand messe du football américain professionnel voit s'affronter les deux meilleures équipes de chaque conférence. Cette saison n'a pas vu de Cendrillon se hisser, un peu à la surprise générale, au sommet de la NFL.

PhiladelphieSuper Bowl XXXIXNew England
dimanche 6 février 2005 (0:30 Paris) @ Alltel Stadium de Jacksonville

Des effectifs pléthoriques

Les Philadelphia Eagles (15-3) et les New England Patriots (16-2) ont les moyens de nous offrir un spectacle hors norme. Déjà de part leurs attaques respectives. Les Aigles et les Patriotes disposent d'atouts offensifs aussi divers que variés. Il y a tout d'abord leurs quarterbacksQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
Donovan McNabb et Tom Brady qui seront sans aucun doute décisifs. Que l'un d'eux vienne à "louper" son match, et il sera bien difficile pour son équipe de remporter le trophé. Ensuite, la palette des receveurs, aussi bien écartés que rapprochés, a fait tourner en bourrique plus d'une défense cette saison. Les champions en titre compteront pour les wide receiversWide Receiver (WR)
ceux sont les receveurs écartés. Ils sont spécialisés dans les réceptions des passes très longues. Ils sont extrêmement rapide : 40 yards en 5 sec.
sur Deion Branch, les deux David, Patten et Givens, et le vétéran "touche à tout" Troy Brown, et pour les tight ends, sur Daniel Graham et Christian Fauria.
Du côté des champions NFC, les choses sont un peu plus compliquées. Si Todd Pinkston et Freddie Mitchell tiendront leur place, la question sur une éventuelle participation de Terrell Owens est toujours d'actualité. A l'heure qu'il est, T.O. annonce qu'il jouera coûte que coûte alors qu'Andy Reid est beaucoup plus modéré. En ce qui concerne les tight ends, L.J. Smith aura comme d'habitude son influence sur la marche des Eagles et devra palier à l'absence de Chad Lewis blessé au pied (?).
Les deux escouades offensives ont également dans leur rang des coureurs de grand talent. Les "Vert et Blanc" aligneront Dorsey Levens mais surtout Brian Westbrook qui se caractérise par un fort rendement à la réception (1515 yards en cumulé) et est de fait l'une des cibles favorites de McNabb. L'absence de T.O. lors des playoffs n'a fait qu'affirmer le poids de ce joueur de 3ème saison.
Les "Tricolores" étaient en retard les saisons passées dans ce compartiment du jeu. Malgré tout, ils ont empoché 2 titres en trois ans. Cette année, ils ont recruté Corey Dillon (1635 yards) et se retrouvent avec la 7ème meilleure attaque au sol. En backup, ils disposent de Kevin Faulk et du fullbackFullback (FB)
coureur puissant et polyvalent. Il joue le rôle de bloqueur, de receveur et de bulldozer balle en main. Constitue avec les halfbacks (HB), les running backs (RB).
Patrick Pass, d'avantage destiné à dégager le terrain pour Dillon.

Les défenses ne sont pas en reste. Avec 260 points seulement concédés chacune, elles sont à égalité parfaite.
Philadelphie ne regrette pas le recrutement de Jevon Kearse. Le defensive end mène son équipe au nombre des sacksSack
plaquage du QB dernière la ligne de scrimmage (perte de terrain).
avec 7.5. Il sera épaulé de Corey Simon, Darwin Walker et Hugh Douglas.
La deuxième ligne n'est pas mal non plus : Mark Simoneau (48 plaquages), Jeremiah Trotter (69 plaquages) et Dhani Jones (71 plaquages).
Enfin, les arrières défensifs sont parmi les meilleurs de la ligue : les cornerbacks Lito Sheppard (56 plaquages et 5 interceptionsInterception
passe du QB rattrapée par un défenseur (un adversaire).
) et Sheldon Brown (89 plaquages et 2 interceptions), les safeties Brian Dawkins (69 plaquages et 4 interceptions) et Michael Lewis (88 plaquages et 1 interceptions).
New England n'est évidemment pas dépourvu d'arguments. Le premier rideau est mené par Richard Seymour (5 sacks) suivi de Vince Wilfork et Ty Warren. Le deuxième rideau est probablement le plus beau de la NFL. Tout commence à gauche avec le mammouth Willie McGinest (51 plaquages, 9.5 sacks, 1 int. et 1 fumbleFumble
quand le porteur du ballon laisse échapper celui-ci par maladresse ou suite à un choc. Le ballon est alors à terre mais vivant et c'est la 1ère équipe qui le ramasse qui en prend la possession. Avec les interceptions, le fumble est la seconde façon de rendre le ballon à l'adversaire. Ensemble, ils constituent des Turnovers (pertes de balle). C'est souvent cette stat. qui décide de l'issue de la rencontre.
recouvert). Ensuite nous avons Ted Johnson (77 plaquages, 1 sack) et Tedy Bruschi (122 plaquages, 3.5 sacks et 3 int.). Enfin, Mike Vrabel (71 plaquages, 5.5 sacks) complète le carré d'as.
Le dernier rempart de la défense des Pats a fait couler beaucoup d'encre ces dernières semaines. On le disait affaibli par les absences de Ty Law et Tyrone Poole, au point de ne pas pouvoir répondre aux coups de Peyton Manning. Mais il n'en fut rien. Que ce soit contre les Colts ou contre les Steelers, les arrières défensifs ont répondu présent. Randall Gay (34 plaquages, 2 int. et 2 fumbles recouverts) et Asante Samuel (36 plaquages, 1 int.) seront les starters chez les cornerbacks. Eugene Wilson (67 plaquages, 4 int. et 2 fumbles recouverts) et Rodney Harrison (138 plaquages, 2 int.) formeront l'ultime rempart.

N'oublions pas le point des équipes spéciales. Si elles ont généralement une importance relative, nous avons vu lors des playoffs qu'elles pouvaient gagner ou perdre des matchs ultra-serrés. Et que dire quand on se remémore les exploits d'Adam Vinatieri ces dernières saisons. Si le Super Bowl est serré, sans nul doute que David Ackers et Vinatieri auront leur mot à dire.

Comparaison à la fin de la saison régulière

EquipeGPN%PPPCDom.Ext.AFCNFCDIVSérie
Philadelphie133081.23862607-16-22-211-16-0Défaites 2
New England142087.54372608-06-210-24-05-1Victoire 2

Détail intéressant, les Patriots ont gagné 100% (4) de leur match contre des équipes NFC tandis que les Eagles ont un bilan de seulement 50% face à des clubs de l'AFC.

 
série de victoires en cours24
nombre de points marqués par match20.327.3
yards gagnés en moyenne par match351.1357.6
yards gagnés en moyenne par match à la passe248.7224.2
yards gagnés en moyenne par match à la course102.4133.4
nombre de points concédés par match16.316.3
yards concédés en moyenne par match319.7310.8
yards concédés en moyenne par match à la passe200.8212.5
yards concédés en moyenne par match à la course118.998.2
Marge de turnovers sur la saison69


Leur dernière confrontation a été un véritable cauchemar pour les Eagles. A Philadelphie, les Pats s'imposent 31 à 10 le 14 septembre 2003. Brady passe ce jour-là pour 255 yards et 3 touchés. La défense de New England 6 turnovers et infligent 7 sacks à McNabb.

Quelques Stats du Super Bowl

Comme d'habitude à la veille du grand match, voici quelques statistiques du Super Bowl.

• la NFC mènent l'AFC au nombre de victoires : 21 à 17. L'AFC a remporté 5 des 7 derniers Super Bowl.

Les ConférencesNFCAFCTotal
# de Victoires211738
Total Points9767751751
Moyenne de points par SB25.720.446.1

• l'équipe qui commet le moins de turnovers remportent le Super Bowl 28 fois sur 30.
• l'équipe qui a inscrit les premiers points a gagné le Super Bowl 26 fois.
• le plus gros écart de points jamais remonté par une équipe et pour finalement l'emporter est de 10. (Super Bowls XXII et XXXII)
• tableau montrant le devenir des équipes ayant mené à différents moments du match lors des 38 premiers Super Bowls :

équipe menant à la fin du quart-tempsgagnéperdu
2 (*)307
3335

(*) total sur 37 car une égalité.

• Ce sera le troisième Super Bowl à se jouer en février après les finales 37 et 35, toutes deux remportées par les Patriots.

Bon match à toutes et à tous et à lundi pour le résumé complet du trente-neuvième Super Bowl.

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

  1 2 3 4 OT Final
Philadelphia 0 7 7 7 0 21
New England 0 7 7 10 0 24
... chargement de la zone de commentaire ...

 Un coach qui a du succès est un coach qui est toujours sous contrat.  – Ben Schwartzwalder, coach, Syracuse

En VO :  A successful coach is one who is still coaching. 

Citation décalée proposée par micky pour 10 Bzh. Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !