Les qualifiés 2013 et le Super Bowl

le 04/01/2014 à 09:23 par Pierre-François Flores

Il ne reste plus que 12 équipes encore en lice pour le titre suprême, celui de champion du Super Bowl. Parmi ces 12, toutes n'ont pas eu la même réussite dans leur histoire en phases finales et encore moins lors du Big Game. Au total, elles totalisent 38 participations pour 19 victoires soit 50% de réussite. "Les qualifiés et le Super Bowl", petit rappel historique de leurs destins variés.

Ils n'ont jamais gagné le Super Bowl

Cette saison, tous les prétendants ont connu au moins une fois l'effervescence de la grande finale mais pour 5 d'entre eux cela s'est à chaque fois soldé par une défaite. Vous me direz, il ne reste plus que les Lions, les Browns, les Texans et les Jaguars à n'y être jamais allés.

Les Cincinnati Bengals (11-5) : 2 participations

A chaque fois, ils ont eu le malheur d'avoir sur leur route la bande à Joe Montana et ses "maudits" 49ers. En 1989 (XXIII), ils sont à quelques secondes du titre mais le grand Joe remonte 92 yards en 2 minutes et les crucifie d'une passe pour John Taylor dans la end zoneEnd Zone
Zone d'en-but de 10 yards située de chaque côté du terrain.
.

Les Philadelphia Eagles (10-6) : 2 participations

Les Aigles ont perdu 2 finales en 24 ans d'intervalle. Ils atteignent leur première en 1981 (XV) et défient les Raiders d'Oakland de Tom Flores. Le match est à sens unique et Philly s'incline 27-10.
En février 2005 (XXXIX), le Super Bowl voit l'affrontement entre les Eagles, qui l'atteignent enfin après 3 échecs de suite en finale NFC, et les New England Patriots, en lice pour une première : 3 titres en 4 ans. Le match est très serré avec pour la première fois de l'histoire une égalité à l'entrée du dernier acte. Mais dans le Money Time, les Pats marquent 10 points et se mettent à l'abri (24-21).

Les San Diego Chargers (9-7) : 1 participation

Les 49ers n'ont pas fait mal qu'aux Bengals. Ils ont aussi brisé le rêve des fans des Chargers avec un déculottée mémorable lors de la 29ème finale en 1995 : 49-26. 75 points reste à ce jour le plus gros total lors de la finale.

Les Seattle Seahawks (13-3) : 1 participation

Coaché par Mike Holmgren et mené par Matt Hasselbeck au QB, les Seahawks ont dans leur rang le MVP Shaun Alexander. Ils dominent la NFC et gagnent le droit d'affronter les Steelers lors du Super Bowl XL à Detroit. Malgré un match catastrophique de Ben Roethlisberger, les Hommes d'Acier battent les Hawks 21-10 et le "Bus" arrive au terminus victorieux. Jerome Bettis, puisque c'est de lui dont il s'agit, qui jouait cette finale dans sa ville natale prend sa retraite après le match.

Les Carolina Panthers (12-4) : 1 participation

Les Panthers atteignent le Super Bowl XXXVIII face aux ultra-favoris New England Patriots, qui ont gagné leur première couronne 2 ans plus tôt. Rapidement menés, Jake Delhomme orchestre des drives qui leur permettent de recoller au score à quelques minutes de la fin. Mais une nouvelle fois, Tom Brady remonte le terrain tranquillement et met en position Adam Vinatieri qui passe son deuxième field goalField Goal (FG)
coup de pied à 3 points effectué le plus souvent en 4ème tentative quand l'attaque a été bloquée. Il est joué depuis l'endroit où la dernière action c'est achevée. En cas de réussite c'est 3 points et engagement. En cas d'échec, la possession change de camp mais il y a deux possibilités : avant le snapSnap
signal de départ de l'action, quand le centre transmet la balle au QB.
, la balle était à l'intérieur des 20 yards, on replacera alors la balle sur la ligne des 20 yards ou elle était placée au-delà des 20 yards, on la replacera au même endroit.
en carrière pour gagner le Big Game, 32-29.
A cette époque, le head coach des Panthers est John Fox, l'actuel patron des Broncos.

Ils ont gagné le Super Bowl

Les Kansas City Chiefs (11-5) : 1 victoire en 2 participations

43 ans. Il faut remonter près de 2 générations en arrière pour voir les Chiefs champions. C'était en janvier 1970 (IV) face aux Vikings, 23 à 7. Trois ans plus tôt, ils avaient manqué leur entrée dans l'histoire des Super Bowls en perdant la première édition face aux Packers de Vince Lombardi, 35-10. Depuis, plus de participation au Big Game et leur dernière finale de conférence remonte aux années 1990 où Joe Montana et Marcus Allen avaient perdu face aux Bills.

Les New Orleans Saints (11-5) : 1 victoire en 1 participation

La statistique vaut ce qu'elle vaut mais les Saints ont le meilleur pourcentage de victoire au Super Bowl des 12 qualifiés : 100%. Il y a 4 ans bientôt, les hommes de Sean Payton réalisaient l'upset en battant les Colts de Peyton Manning 31-17. Déjà avec une bonne défense et une attaque explosive, les Saints avaient marqué 3 TD avant que Tracy Porter ne tue le match sur un pick-6 en fin de match.

Les Denver Broncos (13-3) : 2 victoires en 6 participations

Avec les Vikings (0-4) et les Bills (0-4), les Broncos ont longtemps été les losers du Super Bowl. Au soir du 28 janvier 1990, ils viennent de perdre leur 4ème en autant de participation dont 3 en 4 saisons avec John Elway au QB. Pire, ils subissent les foudres des 49ers qui leur passe 55 points (55-10).
C'est finalement avec un nouveau coach, Mike Shanahan, et une nouvelle équipe comprenant notamment Terrell Davis (RB) ou Bill Romanowski (LB), mais toujours le "Duke" Elway, que la franchise du Colorado remporte enfin son premier titre en 1998 face aux Packers 31-24 (XXXII). Ce match opposant le vétéran au jeune prodige, Brett Favre, nous offre l'une des images des Super Bowls. Sur une 3ème tentative, Elway part à la course sur la droite et, plutôt que de se coucher, va au contact, fait l'hélicoptère sur l'impact et obtient le first downFirst Down
1ère tentative. Série de 4 tentatives dont l'attaque dispose pour couvrir un minimun de 10 yards.
. Le drive sera conclu par le TD.
L'année suivante, les Broncos sont irrésistibles et glannent facilement leur second titre : 34-19 face aux Falcons (XXXIII).

Les Indianapolis Colts (11-5) : 2 victoires en 4 participations

Les Colts ont fait le grand écart entre leur 2 fois deux participations. La franchise est à Baltimore en 1969 lors qu'elle se fait surprendre par les Jets de Joe Namath alors qu'ils étaient nettement favoris des bookmakers (III, 16-7). Deux ans plus tard, elle gagne le Super Bowl V face aux Cowboys 16 à 13.
36 ans et un déménagement à Indianapolis plus tard, les Colts renouent avec une victoire qui leur était promise depuis l'avènement de Peyton Manning. Dans le seul Super Bowl à s'être joué sous la pluie (XLI), ils battent facilement les Bears 29-17. Il ne leur faudra patienter que 3 ans avant de retourner en finale mais seront battus par les Saints 31-17 (XLIV).

Les New England Patriots (12-4) : 3 victoires en 7 participations

L'équipe de ce début de millénaire, ni plus, ni moins (voyons grand). S'ils n'ont gagné "que" 3 Super Bowls dans leur histoire, ils les ont tous conquis en 4 ans, entre février 2002 et février 2005 (XXXVI, XXXVIII, XXXIX), un record inégalé. Depuis, ils ont encore participé à 2 finales malheureuses face à leur bête noire : les Giants.
Avant cette ère de grandeur, les Pats étaient synonymes de défaite et de fond de classement. Deux exceptions à cette règle, leur présence au Super Bowl XX (janvier 1986) où ils se font corriger par les Bears de Mike Ditka 46-10 et celle au Super Bowl XXXI où ils perdent assez vite pied face aux Packers de Mike Holmgren avant de finalement s'incliner 35-21. C'est lors de cette saison 1996 qu'ils étrennent leur nouvel uniforme et le casque actuel. Leur QB est le jeune et très prometteur Drew Bledsoe qui sera finalement remplacé par un certain Tom Brady, l'année de leur premier titre en 2001.

Les Green Bay Packers (8-7-1) : 4 victoires en 5 participations

Si l'on va au-delà de l'ère des Super Bowls, les Packers sont les plus titrés de toute l'histoire de la ligue avec 13 championnats à leur palmarès dont 4 Lombardi.
Eux aussi ont fait le grand écart entre leurs deux premières participations, lors des deux premières éditions de la finale en 1967 et 1968, et la troisième 30 ans plus tard. A la fin des années soixante, les Packers dominent la NFL de la tête et des épaules sous la houlette du légendaire Vince Lombardi. Ils gagnent les Super Bowl I et II contre les Chiefs (35-10) et les Raiders (33-14) ; sans appel. Puis plus rien jusqu'à la renaissance au milieu des années 90. La rivalité fait rage entre les Niners de George Seifert et le Pack de Mike Holmgren. Mais en 1996, grâce notamment à son jeune QB Brett Favre, Green Bay retrouve le Super Bowl et l'emporte face aux Patriots (XXXI, 35-21). L'année suivante, le "repeat" est manqué face aux Broncos (24-31).
Il leur faut donc patienter 13 saisons supplémentaires pour retourner au Big Game, contre cette fois une autre équipe légendaire, les Steelers. Pittsburgh est en quête d'un 7ème Lombardi Trophy, un 3ème en 5 saisons pour Big Ben. Mais la bande à Aaron Rodgers est trop forte et remporte la 45ème finale 31-25.

Les San Francisco 49ers (12-4) : 5 victoires en 6 participations

San Francisco est l'équipe qui a gagné le plus de matchs ces 35 dernières années grâce notamment à deux décennies à 117 (80's) et 122 (90's) succès. Puis, c'est le trou noir durant les années 2000 avant de relever la tête depuis l'arrivée de Jim Harbaugh à sa tête. Les Niners ont depuis participé à 3 reprises aux playoffs, 2 finales de conférence mais leur premier Super Bowl perdu, en février dernier face aux Ravens 34-31 (XLVII). Cette défaite met fin à leur bilan parfait au Big Game : 100% à 5 victoires en 5 participations.
Il faut remonter aux années 80 pour voir éclore la franchise californienne sous la houlette d'un visionnaire du jeu de passe : Bill Walsh. S'appuyant sur l'immense talent de son quarterbackQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
Joe Montana, elle gagne 4 Super Bowls entre janvier 82 et janvier 90 et devient l'égale des Steelers qui en avait glané 4 en 6 saisons dans les 70's.
Les Niners ouvrent leur palmarès face aux Bengals lors du Super Bowl XVI 26-21. Puis 3 ans plus tard, ils arrêtent l'attaque explosive de Dan Marino qui vient de passer pour 48 TD sur la saison (XIX, 38-16). Il faut attendre la 23ème finale pour les retrouver à ce niveau, de nouveau contre les pauvres Bengals. La partie est serrée mais le dernier drive de Joe reste dans les mémoires (20-16). Enfin, le Super Bowl XXIV est l'apothéose de l'hégémonie des 49ers sur la ligue. Ils atomisent les Broncos 55-10. Dans ce match, Montana lance 5 TD, un record à cette époque, et est nommé pour la troisième fois MVP de la finale, un record également. En carrière au Super Bowl, Montana a réussi la prouesse de lancer 9 TD pour aucune interceptionInterception
passe du QB rattrapée par un défenseur (un adversaire).
.
Montana parti, c'est Steve Young qui lance désormais les ballons à Jerry Rice. Barré par les Cowboys au début de la décennie, les Niners atteignent finalement le Super Bowl XXIX en 1995. Face aux Chargers, Young connait enfin son heure de gloire et casse le record de Montana avec 6 passes de TD. San Francisco l'emporte 49-26 et leur 5ème et dernier titre.

Les revanches possibles

Si vous avez tenu jusqu'ici, vous avez remarqué que bon nombre de revanches (8) sont possibles le 2 février prochain :

  • Broncos-49ers
  • Broncos-Packers
  • Patriots-Panthers
  • Patriots-Eagles
  • Bengals-49ers (ça serait le 3ème !)
  • Colts-Saints
  • Chiefs-Packers
  • Chargers-49ers

 

Bon playoffs à tous !

... chargement de la zone de commentaire ...

 Peu importe que tu sois un Grand, le prochain Grand est déjà assis là à attendre de prendre ta place.  – Joe Theismann

En VO :  No matter how great you are, the next great one is already sitting there waiting to take your place. 

Citation réelle proposée par Libs91 pour 10 Bzh. Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !