Les Ravens au cribleNotre preview des playoffs 2012

Ray Lewis
Ray Lewis (Nick Wass, AP Photo)
le 04/01/2013 à 21:42 par Thomas Depaepe

Quelques jours avant le début des Playoffs NFL, FA.com poursuit sa revue des forces en présence avec l’analyse des franchises toujours en course. C’est au tour des Ravens de Baltimore d’être examinés à la loupe.

Habitués des sommets de l’AFC Nord, les Ravens ont eu depuis une longue décennie des difficultés en Playoffs du fait de leur meilleur ennemie… mais cette année les Steelers sont au tapis et les Ravens misent énormément sur ses playoffs.

Le parcours

Parti en trombe cette saison, les Ravens ont pris assez vite une option sur les playoffs dans une première moitié de championnat aisée sur le papier mais aussi totalement réussie. En effet, à part leur défaite in-extremis contre les Eagles (2ème journée), l’équipe de Baltimore a enchainé les victoires (dont une belle acquise 31-30 sur les Patriots).

Le tournant de leur saison aura été leur double confrontation face à des Steelers privés de Roethisberger : leur victoire à l’aller aura été poussive avec un seul TD marqué sur relance de coup de pied, leur défaite au retour totalement méritée et sans inspiration. Depuis rien ne va plus chez les Ravens qui ont enchainé les mauvaises performances contre des équipes présentent en playoffs : Washington (en prolongation après une fin de match époustouflante des Skins), Denver et Cincinnati le week-end dernier.

Les points forts

Les points forts sont au sol dans les deux cas : en attaque avec Rice, en défense avec une énergie et des joueurs capitaux comme Lewis ou Pollard.

Le point fort de l’équipe est indéniablement Ray Rice et son jeu au sol : à lui seul il peut renverser la tendance et faire d’une défaite probable une victoire assurée. Et cette année le jeu au sol est en plus renforcé par l’émergence du rookie Bernard Pierce qui donne une nouvelle dimension au jeu au sol de l’équipe, sans compter qu’il est en pleine bourre actuellement.

Leur seconde force est plus théorique, mais le mental étant essentiel dans le football, il parait probable que le retour de Ray Lewis donnera un influx extraordinaire à la défense contre la course. En outre, l’équipe peut compter sur le retour en forme de Dannell Ellerbe et sur celui du musculeux SafetySafety
Signifie deux choses différentes : 1) c'est le plaquage du porteur du ballon dans sa propre zone d'en-but. Cela rapporte 2 points à l'équipe qui l'effectue et elle récupère la possession du ballon. L'équipe victime du safety va alors dégager depuis ses 20 yards au moyen d'un botté façon "punt". 2) c'est un poste en défense. Le safety est en quelque sorte le dernier rempart. Par analogie avec le football "européen", on le qualifie de "libéro".
Bernard Pollard qui est une arme à démonter les coureurs adverses. Si l’on considère en outre que les Ravens restent sur 114 yards concédés au sol en 2 matchs, on peut être rassuré sur le fait que leur défense au sol est un sérieux atout.

Les faiblesses

Elles sont nombreuses : le jeu de passe inconsistant, une protection de passe médiocre (avec en particulier une saison décevante du Blind-side Michael Oher) et une défense contre la passe en reconstruction.

Avec la 15ème attaque aérienne de la ligue, les Ravens sont loin des sommets… alors même que Joe Flacco vient de signer sa meilleur saison statistique avec 3.817 yards lancés. Torrey Smith est leur receveur « surprise » qui peut faire sauter la banque (ce qu’il n’a pas fait lors de ses précédents matchs de playoffs), alors qu’Anquan Boldin (65 réceptions cette saison) reste la valeur sûr de l’équipe… mais la connexion entre ces deux et Joe Flacco est très aléatoire dernièrement : Flacco ne trouve plus les longs ballons pour mettre Smith en avant et globalement il y a un manque de précision dans les passes. Mais s’il y a manque de réussite, c’est clairement parce que la protection de passe n’est pas à la hauteur cette saison : si Birk et surtout Marshall Yanda sont très bon, le reste de la ligne subi beaucoup trop la pression et concède trop « d’explosion » de poche. Or sous la pression, Flacco est loin de la perfection.

L’autre gros problème de l’équipe est la défense contre le jeu de passe qui ne se remet pas de la perte de Lardarius Webb. Cary Williams n’est pas mauvais dernièrement en couverture… mais il manque d’appui de la part de joueurs comme Terrell Suggs qui n’arrivent pas à mettre suffisamment de pression sur les QBQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
adverses pour laisser le temps au backfield de prendre l’avantage. Le retour de Pollard ne jouera guère sur la défense aérienne (car il joue surtout contre le jeu court et au sol).

La forme actuelle

Mauvaise car l’ambiance dans l’équipe est minée par les blessures en défense et qui n’a pas su s’en remettre : les pertes de Ray Lewis (qui fera son retour pour un dernier tour lors des playoffs), Lardarius Webb et Jameel McClain n’ayant jamais été comblées.

En plus avec 4 défaites sur leurs 5 derniers matchs, les Ravens ont montré une fébrilité offensive particulièrement inquiétante au moment où les matchs sont à élimination directe… d’autant que l’on sait que Joe Flacco n’a jamais été impérial en playoffs : 8 TD pour 8 InterceptionsInterception
passe du QB rattrapée par un défenseur (un adversaire).
et un rating tout juste supérieur à 54.

Les ambitions

Les Ravens ont de grosses ambitions car une génération tourne la page avec ses playoffs : Ray Lewis a déjà annoncé sa retraite et il est probable qu’Ed Reed en fera de même. Mais en même temps l’équipe a montrer de nombreux signes de fragilité cette saison et du mal dans les grands rendez-vous… donc c’est plus un outsider qu’un favori.

Les top joueurs

Si on doit sortir 3 joueurs du lot se seront à mon sens Marshall Yanda, Ray Rice et Bernard Pollard.

Yanda car il dispose d’une maturité et d’une capacité à lire les BlitzBlitz
tactique défensive où les défenseurs sont chargés d'aller sacker le QB ou de plaquer le running backRunning Back (RB)
Terme générique qui englobe les HB et les FBFullback (FB)
coureur puissant et polyvalent. Il joue le rôle de bloqueur, de receveur et de bulldozer balle en main. Constitue avec les halfbacks (HB), les running backs (RB).
.
le plus tôt possible afin d'infliger une perte de terrain à l'attaque. Mais il y a un risque : la défense doit être rapide car sinon elle s'expose à une passe longue.
qui fait énormément de bien à l’équipe ; ce joueur dispose en outre d’une puissance rare qui permet d’ouvrir des brèches. C’est le point fort de la ligne et de sa performance dépendra beaucoup de la saison de l’équipe.

L’autre point fort est évidement Ray Rice qui a signé une nouvelle fois (la quatrième consécutive) une saison à plus de 1600 yards en attaque… mais le tout n’a pas été fait au sol et c’est là sa force : en effet, Rice est un joueur versatile qui peut sortir, capter sur un espace minimum avant de vous planter un gros gain. Bien protégé par l’excellent Fullback Vonta Leach, c’est une des clés des playoffs pour les Ravens.

Enfin, difficile de ne pas citer Bernard Pollard qui est l’un des pilliers défensif de l’équipe. Tout le monde aurait citer Ed Reed, Ray Lewis, Haloti N’Gata ou Terrell Suggs… et ils ne se seraient pas trompés (même si les blessures ont minés la saison de 2 d’entre eux) car ces joueurs sont essentiels ; mais à mon sens, Pollard est peut être celui qui a le plus d’influence cette saison sur l’équipe : son agressivité naturelle sur la ligne, sa manière d’aller chercher un coureur Est-Ouest, sa puissance pour « attaquer » un Tight-End en « promenade » en milieu de terrain… bref un hitter classique et un leader pour l’équipe.

... chargement de la zone de commentaire ...

 Il n'y a pas d'autres options pour jouer en NFL qu'avoir de la chance et avoir réussi une bonne carrière universitaire  – Donte Hall

En VO :  There is no formula to making it to the NFL other than good fortune and and playing well in college. 

Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !