Les Patriots au cribleNotre preview des playoffs 2012

Tom Brady
Tom Brady (Elise Amendola, AP Photo)
le 10/01/2013 à 17:53 par Thomas Depaepe

Après les Wild Cards, place aux Divisional Playoffs. Les 4 meilleures équipes de la NFL passent à leur tour dans notre crible. On continue avec les n°2 de l'AFC : les Patriots de la Nouvelle Angleterre.

Les Patriots ont signé une nouvelle année impressionnante cette saison avec seulement 4 défaites (Cardinals, Ravens, Seahawks et 49ers) et ils ont une nouvelle fois survolé leur poule de l’AFC Est. Mais contrairement aux récentes saisons, leur défense a été une part importante de leur succès (41 take-aways, soit le deuxième meilleur total) et c’est un signe important au moment où les matchs sont à élimination directe et le froid mordant dans le nord-est des USA. 

Le calendrier

Dernièrement 2 matchs ont fait date pour les Patriots :

D’abord leur victoire contre les Texans 42-14 reste l’un des sommets de la saison autant par le score que par la leçon de football donnée par Belichick à Wade Philips : les formations multiples et les play-actions ont été au sommet tactique de la NFL… et la défense de Houston à la peine.

Et ensuite, juste après la victoire contre Houston, l’équipe a subi le rouleau compresseur Colin Kaepernick qui a réalisé un match hallucinant. Malgré un comeback remarquable, ils ont finalement cédé sur la dernière estocade du jeune QBQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
.

Ces 2 matchs, et les multiples victoires contre leurs adversaires directs dans l’AFC Est, résument assez bien la saison jouée sur un haut rythme par les Pats. 

Les forces

Entre des passes lasers, des jeux très rapides et une ligne correcte, il est très difficile d’approcher Tom Brady dans sa poche et les Texans ne vont pas nous contredire : ils n’ont réussi à le mettre sous pression qu’à une reprise et J.J. Watt ne l’a jamais vu du match alors que c’est une formidable machine à sackSack
plaquage du QB dernière la ligne de scrimmage (perte de terrain).
. Le résultat est une attaque ultra productive avec 4827 yards lancés et 34 TD rien que pour Brady.

L’une des autres forces de l’équipe est un front-seven massif qui dissuade de toute course axiale avec Vince Wilfork et qui sait vous prendre sur les côtés avec Ninkovich et des solides linebackersLinebacker (LB)
joueur de la défense polyvalent qui constitue le 2ème rideau défensive.
comme Spikes ou Hightower. Cela met énormément de pression et crée des opportunités de turnovers (40) et ainsi un excellent différentiel de +25 car Brady ne donne pas le cuir facilement. 

Les faiblesses

Si la défense longue est en net progrès depuis l’arrivée d’Aqib Talib, la ligne de linebackers est vraiment très moyenne en couverture de passe ; en effet, Brandon Spikes, Jerod Mayo ou Dont’a Hightower sont des joueurs solides qui aiment se frotter à la ligne… mais qui sont souvent pris sur des mismatchs (souvent renforcés par le fait que Matt Patricia, le coordinateur défensif des Pats, aime les mettre en zone) face à des TE très aériens. Dès lors, la zone intermédiaire est souvent vulnérable à la passe du côté de Boston.

Une autre faiblesse tient à un corps de receveurs talentueux, mais réduit en ce moment avec Welker, Lloyd et Branch comme cibles uniques ; en effet, le duo de TE Gronkowski/Hernandez n’est plus aussi dominant, et pas mal de joueurs ont jeté l’éponge pour cause de blessure (Stallworth, Edelman…). Retour donc au football classique pour les Parts : course et jeu de mi-distance… mais est-ce un problème ? En effet, ces deux choix sont plutôt efficaces pour les joueurs de Boston. 

La forme actuelle

Si les Patriots restent sur 2 victoires et un bye-week, personne n’a oublié leur sévère défaite contre les 49ers juste avant. Mais plus que cette tendance, ce qui est inquiétant pour eux c’est la somme de joueurs « limités » actuellement par des blessures : 21 joueurs sont concernés d’après les rapports de l’équipe. Certains sont plus inquiétants que d’autres : Rob Ninkovich souffre de la hanche (blessé lors du dernier match contre Miami) or c’est un joueur indispensable pour mettre la pression, Rob Gronkowski et Aaron Hernandez jouent mais ils ne sont clairement pas à 100%, le guardGuard
homme de la ligne offensive placé à droite et à gauche du center. Il doit protéger le QB et creuser des brèches aux RB.
gauche Logan Mankins joue sur une jambe (blessure au mollet et la cheville), Pat Chung a dû passer plus de temps que prévu sur le terrain dernièrement du fait des soucis de Talib (hanche) et Alfonzo Dennard (genou)… bref, les Patriots sont sous perfusion.

Ceci dit, Tom Brady est aux commandes d’une équipe qui a le meilleur total de points marqués et le Gillette Stadium est un jardin où il a clairement ses marques ce qui devrait être un appui de taille au moins pour un match. 

Les ambitions

Forte évidemment, car l’équipe reste sur 2 Super Bowls perdus qui ont du mal à être digérés et sent bien que c’est l’une des dernières occasions pour le duo Belichick/Brady de renouer avec le succès. Mais surtout, les ambitions sont fortes car on a retrouvé du côté des Patriots une très bonne défense… et cela peut indéniablement faire la différence. 

Les top joueurs

2 joueurs sont responsables de la forme actuelle des Patriots : un DB et un RBRunning Back (RB)
Terme générique qui englobe les HB et les FBFullback (FB)
coureur puissant et polyvalent. Il joue le rôle de bloqueur, de receveur et de bulldozer balle en main. Constitue avec les halfbacks (HB), les running backs (RB).
.
.

Aqib Talib, le remuant défensive-back de Tampa Bay a fait couler beaucoup d’encre pour ses frasques judiciaires… mais depuis son arrivée aux Patriots, il ne fait parler de lui qu’en bien et sur le terrain (même s’il manque d’efficacité lorsqu’il n’est pas en press...). En effet pour un prix dérisoire, les Patriots se sont assurés avec lui une défense longue qui tient vraiment la route : rappelons que son arrivée a été précipitée par le fait que les Patriots étaient à la rue avant la semaine 12 sur les passes longues (ils finissent d’ailleurs avec 42 passes concedés de plus de 20 yards, un record sous l’ère Belichik) et les TD long de Chris Givens (50 yards) et Sidney Rice (46 yards) avaient poussé  le coach à faire le forcing pour l’avoir. Depuis son arrivée la défense s’est clairement améliorée en concédant près de 100 yards de moins par match dans les airs, tout en continuant à être une très belle machine à interceptionInterception
passe du QB rattrapée par un défenseur (un adversaire).
. L’homme à suivre donc dans le backfield et son duel face à Andre Johnson s’annonce musculeux.

Stevan Ridley est l’autre élément clé de l’équipe : en effet, le coureur qui a pris la place de BenJarvus Green-Ellis est beaucoup plus polyvalent dans ses tracés et donc une arme beaucoup plus efficace que celui qui était dans le backfield l’an dernier. Avec 4,4 yards par portés, 1263 yards et 12 TD en saison, Ridley est une arme qui peut faire la différence, d’autant que l’on sait d’expérience que dans la phase des playoffs, Bill Belichick a toujours aimé s’appuyer sur le jeu au sol, donc Ridley devrait porter au moins 20 fois le ballon par match, avec un plan de jeu qui devrait inclure une trentaine de courses.

... chargement de la zone de commentaire ...

 10.000 dollars à celui qui le sort du match. Ca m'est égal la manière, même si c'est en le frappant avec une bouteille de whisky lorsqu'il sortira du bus.  – Le défenseur des Bears Steve McMichael parlant à ses coéquipiers de Joe Montana.

En VO :  Ten thousand bucks if 'ya knock him outta the game. I don't care if ya hit him with a whiskey bottle when he gets off the bus. 

Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !