Les Bengals au cribleNotre preview des playoffs 2012

Geno Atkins
Geno Atkins (Aaron Josefczyk, Reuters)
le 04/01/2013 à 22:27 par Thomas Depaepe

Quelques jours avant le début des Playoffs NFL, FA.com poursuit sa revue des forces en présence avec l’analyse des franchises toujours en course. C’est au tour des Bengals de Cincinnati d’être examinés à la loupe.

Pur produit de l’AFC Nord (grosse défense, lien privilégié entre un QBQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
et un receveur, jeu au sol et avec des Tight-end…), les Bengals arrivent à ses playoffs face à un adversaire qui les avait éliminé l’an passé… mais aussi et surtout avec une équipe rajeunie qui est la meilleure depuis des décennies du côté de Cincinnati.

 

Le parcours

En 2 phases ! on pourrait résumer ainsi le parcours de l’équipe : décevante et en perdition en octobre, dominatrice en novembre et décembre. En effet, après un bon début (malgré une sévère défaite d’entrée contre les Ravens) l’équipe a sombrée à partir du 7 octobre pour enchainer 4 défaites de rang : Dolphins, Browns, Steelers et Broncos. Mais ensuite, l’équipe c’est refaite une santé contre des équipes plus « faibles » (Chiefs, Raiders, Chargers et Eagles) pour arriver en forme dans les 2 matchs cruciaux de leur année : les Steelers qu’ils ont battu à la force de leur défense et les Ravens qu’ils ont passé sans grosse difficulté pour acquérir leur place en Wildcard.

 

Les points forts

La première ligne de défense de l’équipe est un monstre de puissance et de complémentarité… or c’est ce qui leur avait fait défaut l’an dernier ou ils n’avaient pas réussi a contenir le jeu au sol et tout en lecture des Texans. Geno Atkins (tout simplement le meilleur Tackle en 4-34-3
formation défensive avec 4 linemen et 3 linebackers.
actuellement) déstabilise votre jeu axial et vous pousse dans les bras des DE Michael Johnson et Carlos Dunlap qui sont des forces de la nature. Atkins a déjà 12,5 sacksSack
plaquage du QB dernière la ligne de scrimmage (perte de terrain).
(et 4 fumbleFumble
quand le porteur du ballon laisse échapper celui-ci par maladresse ou suite à un choc. Le ballon est alors à terre mais vivant et c'est la 1ère équipe qui le ramasse qui en prend la possession. Avec les interceptions, le fumble est la seconde façon de rendre le ballon à l'adversaire. Ensemble, ils constituent des Turnovers (pertes de balle). C'est souvent cette stat. qui décide de l'issue de la rencontre.
) au compteur, Johnson 11,5 et Dunlap 6 sacks… soit le 3ème meilleur total de la ligue avec plus de 50 sacks au compteur. Si l’on ajoute l’excellent Domato Peko au centre qui n’a pas son pareil pour rendre fou un Centre, vous avez à mon sens une première ligne d’exception (avec Pat Sims sur le banc pour donner de l’air aux 2 centraux).

L’autre force est la connexion entre Andy Dalton et AJ Green. En effet, ces deux là se trouveraient les yeux fermés et sont l’un des tous meilleurs duos QB/WR de la ligue. En améliorant constante sur l’année AJ Green est à 1.350 yards et 11 TD sur réception ce qui en fait une menace constante. Mais attention à ne pas oublier Andrew Hawkins qui pourrait être le X-Factor des playoffs.

 

Les faiblesses

Autant la ligne est solide sur la protection contre la course avec le duo Clint Boling et Kevin Zeitler, autant ses deux joueurs sont en grande difficulté lorsqu’il s’agit de protéger contre la course : 10,5 (comptabilisé comme de leur seule responsabilité) des 46 sacks de la saison rien que pour ces deux joueurs. Face à un JJ Watt cela risque de se ressentir et donc privé Andy Dalton de fenêtre de tir claires et sans obstacle. Or on sait que sous la pression, le « Red Riffle » n’est jamais irréprochable.

Cela contribue a l’autre faiblesse de l’équipe : son manque de réussite offensive quand cela compte vraiment. Sur les Third-Down l’équipe est médiocre (un peu moins d’un tiers de réussite), arrivée dans la zone-rouge elle ne passe un TD que dans moins de 45% des cas, et par match l’équipe ne signe qu’un peu plus de 15 first-down. Cela n’a clairement pas été arrangée par la perte (sur blessure) couteuse de Mohamed Sanu et globalement les Bengals sont une équipe prévisible dans les moments clés… donc réputée « facile à défendre ».

 

La forme actuelle

Royale car l’équipe sort d’une série de victoire (5 en 6 matchs) et surtout de succés contre ses adversaires directs en AFC Nord. La confiance engrangée face à Pittsburgh (ou Dalton a été très calme) et face à Baltimore sera essentielle pour une équipe très attendue du côté du Texas.

 

Les ambitions

Une génération émerge du côté de Cincinnati et nul doute que cette année le match de Wildcard sera bien différent de celui de l’an dernier. Les Bengals sont des outsiders, mais des outsiders solides (plus que d’autres) et il serait idiot de les compter out dés le début. Maintenant ils vont jouer loin de leur base au fil des tours et ce n’est que très rarement un avantage.

 

Les top joueurs

Si on doit sortir 3 joueurs du lot se seront à mon sens Geno Atkins, BenJarvus Green-Ellis et Josh Brown.

Que dire qui n’a déjà été dit sur Geno Atkins ? c’est le mangeur d’espace type, le joueur qui fait fuir les coureurs adverses et qui martyrise le QB adverse… mais comme dit plus haut, c’est le pivot de la ligne défensive de l’équipe. En effet, il a cette capacité a dégager de l’espace pour les autres qui impressionne… et malgré sa « dévotion » aux autres, il fait quand même ses statistiques et ces gros jeux. Impressionnant !

BenJarvus Green-Ellis était l’un des gros transferts de l’été dernier : alors certes il a commis des fumbles cette saison, mais son impact est très important car il permet à l’équipe d’avoir de la variété et de la profondeur. Quand on sait que le jeu de passe est assez stéréotypé (car peu de joueurs capables de faire la différence), l’impact de Green-Ellis est donc essentiel à l’équipe. Problème, le coureur est limité par une blessure, et son jeu réduit depuis 2-3 semaines.

Enfin, un autre joueur essentiel est le kickeur Josh Brown qui est arrivé en cours de saison (suite à la blessure de Mike Nigent) mais qui depuis est parfait (il a certes raté un coup de pied de 56 yards au Heinz Field… mais le mettre est à priori impossible car le record est de 51 yards). Un kickeur avec un pied fiable et une jambe puissante est un atout en playoff… donc il est indiscutablement, à 33 ans, un des éléments clés de la réussite actuelle des Tigres du Bengals.

... chargement de la zone de commentaire ...

 Lance moi cette fichue balle !  – Keyshawn Johnson

En VO :  Throw me the damn ball ! 

Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !