Super Bowl XXXVI : Ils l'ont fait ! Rams 17 - 20 Patriots

background
background
le 04/02/2002 à 00:00 par Pierre-François Flores
Mise à jour du 20/10/2010 à 21:03

Date 3 février 2002
Lieu Louisiana Superdome, New Orleans, Louisiane
Spectateurs 72,922
Coach vainqueur Bill Belichick
MVP Tom Brady, QuarterbackQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
, New England Patriots

Adam Vinatieri a donné une victoire inattendue mais au combien méritée aux New England Patriots sur un field goal de 48 yards à la dernière seconde d'un Super Bowl passionnant, le 1er qui se gagne sur le dernier jeu.

Une victoire de +14 points était pronostiquée par les bookmakers de Las Vegas mais les Patriots avaient de belles cartes défensives à abattre et ils ne s'en sont pas privés. Une semaine après avoir défait les Steelers à Pittsburgh, les Pats réussissent le second "upset" de l'histoire du Super Bowl. Il faut remonter au 12 janvier 1969 pour voir les Jets battre les Colts 16 à 9 dans la 3è finale. A cette époque, tout le monde sous estimé Joe Namath et sa bande, mais quand à une conférence de presse, ce dernier annonce : "Nous allons gagné, je vous le garantis" personne ne le prend au sérieux. Cette fois-ci, le fair play a été de mise tout au long de la semaine et les 2 équipes ont préparé sereinement le Big Match.

Le match

1er quart temps : le round d'observation

Les Rams font la meilleure entame de match. Après un 1er drive conclut par un puntPunt
action utilisée en 4ème tentative et x yards à parcourir. Plutôt que de tenter les x yards, l'attaque choisit de botter le plus loin possible pour faire reculer son adversaire.
, il s'approche dès leur 2ème suffisament près des poteaux pour que Jeff Wilkins tente et réussisse un field goal de 50 yards.

Rams 3-0 Patriots
3:10 : FGField Goal (FG)
coup de pied à 3 points effectué le plus souvent en 4ème tentative quand l'attaque a été bloquée. Il est joué depuis l'endroit où la dernière action c'est achevée. En cas de réussite c'est 3 points et engagement. En cas d'échec, la possession change de camp mais il y a deux possibilités : avant le snapSnap
signal de départ de l'action, quand le centre transmet la balle au QB.
, la balle était à l'intérieur des 20 yards, on replacera alors la balle sur la ligne des 20 yards ou elle était placée au-delà des 20 yards, on la replacera au même endroit.
de 50y. de Jeff Wilkins.
Drive: 10 jeux, 48 yards en 5:05.


On ressort déjà les tablettes pour voir que l'équipe qui marque en 1er remporte 25 Super Bowls sur 35. Mais peu importe, ce n'est que 3 points et le match est encore très long.
Après un 2è drive des Pats, où ils ont dû se contenter de 3 petites actions, Warner revient sur le terrain et mène une série
de 8 actions terminée par un field goal de 52 yards manqué. Même si cet échec peut coûter cher, Wilkins n'est pas à blamer,
52 yards étant un coup de pied réellement très long.

2è quart temps : "Les tournants n°1 & 2"

Brady recupère la possession, mais ce 4ème drive n'a pas plus de réussite que les 3 précédents puisqu'après 6 actions, les Patriots doivent punter. St Louis débute sa 4è série offensive avec la satisfaction d'avoir été en position favorable sur le turf à 2 reprises et en se rendant compte que sa défense est efficace. La sérénité est de mise.

Les 2 premiers jeux sont des courses infructueuses. Warner est alors confronté à une situation de passe. Sur l'action, les Pats blitzent et Warner sous pression force son lancé en direction de Bruce. La passe est imprécise et Ty Law intercepte et
retourne sur 47 yards pour le 1er TD de la partie. Le MVP 2001 lance ici sa 1ère interceptionInterception
passe du QB rattrapée par un défenseur (un adversaire).
en 2 Super Bowls et il paye cash cette erreur.

Rams 3-7 Patriots
8:49 : retour d'interception de 47 yards de Ty Law.

Ce tournant (6è TD sur retour d'interception dans l'histoire des Super Bowls) sonne comme un coup d'arrêt dans la progression des Rams. Après 2 séries stériles de part et d'autres, les Béliers reviennent sur le terrain. La 1ère passe de Warner est râtée mais la seconde trouve Ricky Proehl démarqué dans l'axe pour un long gain. Au moment de se jeter au sol, Proehl est percuté violement par un défenseur qui donne un coup de casque droit sur le ballon. Le fumbleFumble
quand le porteur du ballon laisse échapper celui-ci par maladresse ou suite à un choc. Le ballon est alors à terre mais vivant et c'est la 1ère équipe qui le ramasse qui en prend la possession. Avec les interceptions, le fumble est la seconde façon de rendre le ballon à l'adversaire. Ensemble, ils constituent des Turnovers (pertes de balle). C'est souvent cette stat. qui décide de l'issue de la rencontre.
est inévitable et il est recouvert par New England.

Ce second tournant fait très mal aux Rams puisqu'ils rendent la possession en excellente position avec suffisament
de temps pour construire quelque chose côté Belichick. Les Patriots euphoriques doivent gérer les dernières minutes de la 1ère mi-temps pour marquer 3 ou 7 points. Belichick opte pour une série à risque et le jeune QB de 24 ans et demi répond
présent comme tout au long de la saison. Il complète 4 de ses 5 passes dont une lobée de 8 yards qui permet à David Patten de briller. Ce dernier s'envole, attrape le cuir et retombe à 2 cm de la ligne de fond : TD Pats !

Rams 3-14 Patriots
0:31 : TD de 8y. de David Patten sur passe Tom Brady.
Drive: 5 jeux, 40 yards en 0:49.


Sur le kickoffKickoff
coup de pied d'engagement en début de mi-temps. Effectué balle à terre depuis la ligne des 30 yards de l'équipe qui engage.
, Faulk est aligné pour relancer. Vinatieri botte intelligement près de la touche. Faulk décide de capter le ballon et de relancer. Malheureusement, emporté par son élan il ne peut éviter la ligne blanche et sort sur ses 7 yards. Martz choisit de ne pas prendre de risques et rentre aux vestiaires avec un déficit de 14 points.

A la mi-temps, l'"impensable" est réel. Les Pats ont renversé un début de match plutôt en faveur des Rams et ces derniers sont déjà, si l'on en croit les stats, dos au mur :
• Le plus gros déficit jamais remonté pour une victoire : 10 points Super Bowl XXII.
• L'équipe qui mène à la mi-temps remporte 27 finales.

3è quart temps : "Le tournant n°3"

La franchise de Boston revient sur le terrain après le show de U2 à la mi-temps avec l'ambition de contrôler l'horloge. Ils ont 11 points d'avance et tant que Warner est sur la touche, il ne peut pas leur faire des misères. Comme pendant les 2 premiers matchs de playoffs, la défense de St Louis fait un boulot extraordinaire. C'est à l'attaque maintenant de prendre le relais. Le 5è jeux constitue le 3è tournant du match. Warner se recule pour lancer, il est sous pression et lance de nouveau le cuir dans les bras du vétéran Otis Smith. Les Patriots récupèrent le ballon en excellente position. Ils jouent 4 actions qui mettent Adam Vinatieri à 37 yards des poteaux. Monsieur 100% en salle réussit le botté

Rams 3-17 Patriots
01:18 : FG de 37y. d'Adam Vinatieri.
Drive: 5 jeux, 14 yards en 2:07


Ca commence à devenir critique pour les Rams qui choisissent le drive suivant pour se rebeller. Après quelques jeux, ils se retrouvent dans la zone rouge des Pats. C'est la fin du 3è QT.

4è quart temps : "Super Bowl Anthology"

La zone rouge, les Rams connaissent et ils sont efficaces. Leurs 37 dernières présence dans les 20 yards adverses sse sont soldées par 27 TDs et 10 FGs. La dernière fois qu'ils ont dû céder la possession était lors de la 10è semaine où ils affrontaient...les Patriots.
A 8 yards de la ligne, les Béliers ont 4 tentatives pour revenir au score mais les 3 passes de Warner sont incomplètes et presque interceptées à 2 reprises. Puis vient le 4è down. Ils ne peuvent pas se contenter d'un coup de pied à 3 points à
ce moment du match alors ils tentent le tout pour le tout. Le snap est donné et Warner regarde sur sa gauche, il ne voit pas de solution alors part sur sa droite et décide d'y aller seul. Sur un choc terrible, il perd la balle sur les 1 yards. Tebucky Jones ramasse le cuir et remonte les 97 yards pour le TD. Les Patriots exultent. A 24-3, le match est plié. Mais attention, un flag a été lancé. Willy McGinest a ceinturé Faulk sur l'action. 5 yards de pénalités et 1st down automatique. La première action est infructueuse mais la seconde, un quarterback sneak de Warner, finit dans la end-zone. Les Rams reviennent vraiment de loin et le match est complètement relancé.

Rams 10-17 Patriots
9:31 : TD sur course de 2 y. de Kurt Warner.
Drive: 12 jeux, 77 yards en 6:47.


A 10-17 et un peu moins de 10 minutes à jouer, les Rams sont de retour dans le match. La défense se durcit et le drive suivant des Pats est un "3 and Out" (3 actions puis punt). Les Rams ont déjà l'occassion de revenir. On pense qu'ils vont y parvenir tout de suite puisque Warner complète 3 passes sur 5. Mais New England a des ressources en défense et inflige 2 sacksSack
plaquage du QB dernière la ligne de scrimmage (perte de terrain).
au quarterback du Missouri. Les Rams doivent punter et en plus d'avoir gaspillé du temps, le problème reste entier. Une nouvelle fois, leur défense doit faire le boulot avec si possible une interception ou un fumble provoqué. Pas de perte de balle mais de nouveau 3 petites actions et puis s'en vont côté Patriots.
Il reste 1:51 secondes et la balle est sur les 41 yards des Rams. Ils n'ont plus de temps morts mais avec des passes vers les lignes, le chrono peut être arrêté facilement. Le 1er jeu est une passe pour Az-Hair Hakim : 1:42. La 2è est pour Murphy : 1:37. La 3è trouve Ricky Proehl, le malheureux auteur du fumble qui évite le dernier défenseur et plonge dans l'en-but. En 3 tentatives les Rams ont remonté 55 yards et s'offrent une chance de disputer la victoire aux Pats en prolongation.

Rams 17-17 Patriots
01:30 : TD de 26y. de Ricky Proehl sur passe de Kurt Warner.
Drive: 3 jeux, 55 yards en 0:21.


Si tel était le cas, ce serait les premiers Overtime de l'histoire du Super Bowl.
Après un retour de kickoff moyen, les Pats commencent cette ultime série sur leur propre 17y. Tout pour la passe. On se demande comment un si jeune quarterback va pouvoir soutenir la pression. Mais Brady est impérial, son attitude est impressionnante. Pas un seul signe d'excitation, il gère ses actions et l'horloge à merveille.
Il se connecte tout d'abord 3 fois sur 4 lancés pour 24 yards. La route est encore longue mais, alors qu'il ne reste que 29 secondes, Tom Brady trouve Troy Brown (celui qui avait fait si mal aux Steelers en finale de conférence américaine) pour 23 yards. La balle est sur les 36 yards de St Louis, soit un coup de pied de 54y. pour Vinatieri si on en reste là.
Mais il y a le temps de tenter une dernière passe. Brady trouve cette fois Wiggins pour 6 y. Puis, il arrête le temps avec une passe au sol.
A 0:07, Adam Vinatieri fait son entrée sur le turf pour donner le 1er titre à la franchise du Massachussets. L'exécution est bonne et le coup de pied puissant. Presque immédiatement, les Pats exultent, ils savent que le FG est bon et qu'ils sont champions du monde.

Rams 17-20 Patriots
0:00 : FG de 48y. de Adam Vinatieri.
Drive: 9 jeux, 53 yards en 1:30.

Saint Louis Rams3001417
New England Patriots0143320

MVP : Tom Brady

Avec 24 ans et 185 jours, Tom Brady est le 3ème plus jeune QB à disputer un Super Bowl. Mais mieux que cela, il l'a remporté.
Ne vous attendez pas à entendre de sa bouche des paroles arrogantes ou prétentieuses. La 1ère chose qui lui vient quant on le qualifie de MVP c'est : Je pense que toute notre équipe est MVP. Nous avons une MVT : Most Valuable Team.

Tant de maturité chez ce jeune homme ne peut qu'inspirer le respect. Avec 16 passes complétées sur 27, 145 yards et 1 touchdownTouchdown (TD)
c'est l'essai qui vaut 6 points et qui peut être transformé au choix à 1 ou 2 points. Il suffit que le ballon pénètre dans la endzone. (pas besoin d'aplatir)
, on ne devient en général pas le MVP d'un Super Bowl. Mais au vu de la maestria avec laquelle il a dirigé le dernier drive, personne d'autre que lui pouvait recevoir la distinction.

Quand on lui demande comment il a fait pour être aussi zen tout au long du match, il explique :

J'étais allongé dans les vestiaires et je me suis assoupi. En me réveillant, je me sentais étrangement bien, je ne peux pas dire pourquoi. Je m'étais convaicu que ce n'était qu'un match. Un autre match rien de plus, même si tout autour de vous rappelle au combien il est important !

Avec seulement 1 minute et 21 secondes à jouer et la balle sur ses 17 yards, le scenario le plus probable est le jeu de course pour manger l'horloge et atteindre la prolongation. Là, un lancer de pièce décide du sort du match mais une erreur est trop vite arrivée en si peu de temps avec autant de terrain à parcourir.
Mais tout ceci n'est que de la pire théorie et le coach Bill Belichick a confiance en son jeune quarterback. Il a déjà relevé le challenge plusieurs fois cette saison incluant le comeback en Divisional Playoffs contre les Raiders.

Brady complète 5 de ses 6 passes, 3 pour J.R. Redmond, pendant ce drive de 53 yards. Le jeu clé s'appelle "Max 64 All In" et a pour objectif de donner un maximum de temps à Brady pour trouver Troy Brown qui tente de se libérer du marquage adverse. La ligne offensive résiste à merveille et Brady trouve Brown pour 23 yards. Le receveur sort des limites du terrain à hauteur des 36 yards des Rams avec 21 secondes restantes.

L'action suivante, Brady trouve Jermaine Wiggins pour 6 yards mettant en place Adam Vinatieri, qui de 48 yards, passe le field goal de la victoire.

London Fletcher, linebackerLinebacker (LB)
joueur de la défense polyvalent qui constitue le 2ème rideau défensive.
des Rams, déclare après le match :

Les parcours ont fait la différence, mais Brady a réussi ses lancers. Il y a certains parcours qui peuvent battre certaines couvertures... Il a pris les bonnes décisions.

Si les Rams ont été surpris par ce jeune quarterback, ses coéquipiers se sont contentés de faire leur parcours en sachant à l'avance que la balle serait au rendez-vous. Le wide receiverWide Receiver (WR)
ceux sont les receveurs écartés. Ils sont spécialisés dans les réceptions des passes très longues. Ils sont extrêmement rapide : 40 yards en 5 sec.
David Patten rend hommage à son QB :

Vous ne pouvez pas en dire assez sur ce gosse ! Il a une confiance énorme en lui et il a mené cette équipe à la victoire. Il n'a peut être pas les statistiques les plus impressionnantes de la ligue mais qu'importe. Le gosse sait comment gagner ! Il sait motiver ses coéquipiers, je lui tire mon chapeau.

Le dernier drive de ce trente-sixième Super Bowl reflète parfaitement la saison durant laquelle Tom Brady a hérité de la titularisation suite à la blessure de Drew Bledsoe. Deux ans après avoir été drafté au sixième tour et à la 199ème position, il finit avec une bague de champion autour du doigt et la Cadillac Escalade offerte au MVP. Pas mal, pour un joueur blessé à la cheville et incertain quelques minutes encore avant le début du Super Bowl. Enfin, Brady nous explique :

Ne laissez jamais les gens vous dire ce dont vous êtes capables. Aussi longtemps que vous croirez en vous et que vous travaillerez dure pour arriver à votre objectif, vous parviendrez à vos fins, quelque soit le temps que cela peut prendre.

Warner - Brady : les cendrillons de la NFL

Comment ne pas comparer le destin de ces 2 joueurs. Le 1er est sorti de l'anonymat grâce à la blessure de Trent Green il y a 2 saisons. Il a mené son équipe à un titre de champion et a reçu les honneurs du MVP de la saison et du 34ème Super Bowl.

Le second est le 199ème choix de Draft il y a 2 ans. Il débute la saison en backup de Bledsoe, le QB star des Patriots. Lors du 3è match, Bledsoe se blesse et Brady prend la relève, et quelle relève ! De retour de blessure, le N°11 ne retrouve pas sa place et Belichick continue à faire confiance à Brady. Vous connaissez la suite.

Super Bowl XXV - Super Bowl XXXVI : parallèle

Vous allez dire que c'est anecdotique et vous aurez raison. Mais il faut avouer que ce Super Bowl ressemble en de nombreux points à son ainé de 11 ans.

En 1991, le Super Bowl XXV a lieu à Tampa bay. Le contexte est celui de la guerre du Golfe et le président est George Bush. Les Bills sont les favoris face à des NY Giants sous estimés tout au long de la saison.
Côté Giants, c'est le mentor de Belichick qui est à la baguette : Bill Parcels. Il propose un jeu ultra défensif pour anihiler le jeu accéléré de Kelly, Thomas et Reed. Il opte aussi pour un "ball control" efficace qui permettra à son club
de garder la balle pendant plus de 40 minutes en attaque : record du Super Bowl.
Enfin et surtout, la décision se joue à la dernière seconde quand Scott Norwood manque un field goal longue distance qui aurait donné la victoire aux Bills. Le score final est de 20 à 19.

31 ans après...

Lors du Super Bowl V, les Colts de Baltimore sont à égalité avec les Cowboys de Dallas. Il reste une poignée de secondes à jouer quand le botteur rookie Jim O'Brien marque un FG de 32 yards pour donner la victoire aux Colts. C'était le 17 janvier 1971.

... chargement de la zone de commentaire ...

 La force est importante. Mais la première chose est de connaître votre adversaire. Si vous le connaissez lui et ce qu'il aime faire, et que vous essayez de l'en empêcher, de le forcer à tenter autre chose, alors vous avez déjà remporté la moitié de la bataille.  – Jonathan Ogden

En VO :  Strength is important. But the number one thing is knowing your opponent. If you know your opponent and what they like to do, and you try to take that away from them, force them to another move, then that's half the battle right there. 

Citation réelle proposée par Libs91 pour 10 Bzh. Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !