Rivalités & Dynasties

shield NFL actuel
shield NFL actuel (NFL.com)
le 01/02/2008 à 00:00 par Pierre-François Flores
Mise à jour du 20/10/2010 à 21:03
Première parution le 31 janvier 2005
Modifié le 27 janvier 2006


Depuis sa création en janvier 1967, le Super Bowl est devenu progressivement un événement incontestable non seulement aux Etats Unis mais aussi à travers le monde. Il faut bien reconnaître que cette notoriété a pu se développer grâce à un certain nombre de rivalités qui se sont crées à la fin des années 60 et dans les années 70. Celles-ci ont données lieues à des combats titanesques.

Fin des années 1960 : Les Green Bay Packers, 2 titres

Les hommes dirigés par celui qui donnera son nom au trophé du Super Bowl remportent deux titres de suite. A chaque fois, l'adversaire de l'AFC est submergé. Il y a d'abord les Chiefs, battus 35-10, puis les Raiders, presque sur le même score : 33-14.
Le 3ème Super Bowl, disputé en 1969, n'est pas en reste. Quelques jours avant le "D-Day", le quarterbackQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
des Jets, Joe Namath, garantit la victoire de son équipe face aux Colts de Baltimore. L'histoire lui donne raison puisqu'ils l'emportent sur le score de 16 à 7.

1970 : Les Pittsburgh Steelers, 4 titres

Ensuite, nous assistons à une rivalité féroce entre les Steelers de Pittsburgh et les Cowboys de Dallas. A deux reprises dans les années 70, ces équipes se retrouvent en finale. Tout d'abord à Miami en 1976, le receveur de Pittsburgh Lynn Swann (pourtant blessé en finale de conférence contre Oakland) décide finalement de jouer suite aux déclarations tapageuses du safetySafety
Signifie deux choses différentes : 1) c'est le plaquage du porteur du ballon dans sa propre zone d'en-but. Cela rapporte 2 points à l'équipe qui l'effectue et elle récupère la possession du ballon. L'équipe victime du safety va alors dégager depuis ses 20 yards au moyen d'un botté façon "punt". 2) c'est un poste en défense. Le safety est en quelque sorte le dernier rempart. Par analogie avec le football "européen", on le qualifie de "libéro".
des Cowboys Cliff Harris. Au final, il réalise une des meilleures performances de l'histoire des Super Bowls avec 4 réceptions pour 161 yards et un touché assassin en fin de match pour offrir la victoire à son équipe 21-17. La deuxième confrontation en 1979 est largement plus offensive. Malgré tout, le quarterback Terry Bradshaw et ses coéquipiers s'imposent encore une fois sur le score de 35 à 31.

1980 : Les San Francisco 49ers, 4 titres

Dans les années 80, la Conférence Nationale prend progressivement le dessus sur sa rivale d'une façon incroyable et la domine totalement pendant 12 ans. Ainsi entre 1985 et 1997, la Conférence Américaine ne remporte aucun titre et subit en plus assez régulièrement des roustes phénoménales. Parmi les "losers" de cette décade, mention spéciale aux Broncos de Denver qui ont perdu à trois reprises : en 1987 face aux Giants 39-20, en 1988 face aux Redskins de Washington 42-10 et en 1990 face aux 49ers de San Francisco 55-10 ; et aux Bills de Buffalo, finalistes malheureux lors de leurs 4 participations de 1991 à 1994.
Malgré tout, on assiste à un très beau duel entre les San Francisco 49ers et les Bengals de Cincinnati, qui s'affrontent à deux reprises en 1982 et 1989. Grâce au génie de l'incroyable Joe Montana, les 49ers réussissent à s'imposer en fin de match respectivement 26-21 et 20-16. En parlant de match au finish, impossible de ne pas mentionner la finale 1991 entre les Bills de Buffalo et les Giants de New York. Les Bisons s'inclinent 20 à 19 suite à l'échec de leur botteur Scott Norwood.

1990 : Les Dallas Cowboys, 3 titres

Les années 90 sont la chasse gardée des équipes NFC. Sur les 10 Super Bowls disputés, seuls deux sont revenus à une équipe AFC : celle des Broncos de Denver d'Elway.
Mais la Reine de la Décennie est incontestablement l'équipe des Cowboys de Dallas qui s'octroient trois titres en quatre saisons. Emmené par un quarterback souvent comparé à Joe Montana, Troy Aikman, et le meilleur running backRunning Back (RB)
Terme générique qui englobe les HB et les FBFullback (FB)
coureur puissant et polyvalent. Il joue le rôle de bloqueur, de receveur et de bulldozer balle en main. Constitue avec les halfbacks (HB), les running backs (RB).
.
de l'Histoire en devenir, Emmitt Smith, les Cowboys dominent deux fois de suite les Bills puis deux ans plus tard les Steelers.

2000 : Les New England Patriots, 3 titres

A partir de 1998, les choses finissent logiquement par s'inverser et la Conférence Américaine reprend le dessus. Sur huit finales disputées, la Conférence Nationale n'en a reporté que deux (les Rams de Saint Louis face aux Titans de Tennessee sur le score de 23-17 et les Buccaneers de Tampa Bay en 2003 face aux Raiders d'Oakland sur le score de 48-21). Deux équipes se sont mises en valeur au cours de cette période : les Broncos de Denver (en 1998 face aux Packers de Green Bay 31-24 et en 1999 face aux Falcons d'Atlanta 34-19) mais surtout les Patriots de New England (en 2002 contre les Rams de Saint Louis 20-17, en 2004 contre les Panthers de Carolina 32-29 et en 2005 contre les Eagles de Philadelphie 24-21) qui représentent la première dynastie de ce nouveau millénaire.
... chargement de la zone de commentaire ...

 On ne naît pas leader, on le devient. On le devient au prix d'un dur travail, comme pour chaque chose obtenue dans la vie.  – Vince Lombardi

En VO :  Leaders aren't born, they are made. And they are made just like anything else, through hard work. 

Citation réelle proposée par Libs91 pour 10 Bzh. Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !