Preview : Bientôt la fin de l'attente

background
background
le 01/02/2007 à 00:00 par Pierre-François Flores
Mise à jour du 20/10/2010 à 21:03
Miami s'apprête à recevoir son neuvième Super Bowl, le quarante et unième du nom, qui opposera dimanche (lundi à 0h25 heure française) les Chicago Bears (15-3) aux Indianapolis Colts (15-4).
Cette rencontre s'annonce déjà comme palpitante et indécise. Du côté des bookmakers, la cote prévoit une victoire des Bears avec 7 points d'avance.Les franchises

Il faut remonter 21 ans en arrière pour voir l'une de ces deux franchises dans un Super Bowl. Les Bears avaient atomisé les Patriots lors de la 20ème finale 46 à 10 et s'adjugeaient ainsi leur neuvième titre NFL (2ème meilleur total derrière les Packers qui en compte 11).
Ce Super Bowl XLI aurait pu être une revanche mais les Colts en ont décidé autrement. Vainqueur des Patriots lors de la finale AFC, ils retournent au Big Game pour la première fois depuis ... 36 ans ! Ce sera aussi leur première finale depuis qu'ils ont déménagé de Baltimore à Indianapolis. A leur palmarès, trois titres NFL avant la fusion de 1970 mais une défaite lors du Super Bowl III contre les Jets en 1969. En 1970, pour la première saison de la désormais unique NFL, ils arrachent le Super Bowl V aux Cowboys sur le score de 16 à 13 ; c'était au Miami Orange Bowl.
L'attente des fans des deux camps est donc énorme, la défaite n'en sera que plus dure et la victoire plus belle.Les coachs

Jamais dans l'histoire des Super Bowls, un head coach afro-américain n'avait pris place sur le bord du terrain. Dimanche, nous en aurons deux. Belle preuve que la société américaine peut encore évoluer en 2006.

Mais nous n'allons pas revenir sur le portrait des deux coachs brillament décrit par Alain dans son Amicalement vôtre....Les quarterbacks

Il est l'élément clé dans le football américain. Cible de tous les éloges quand ça va bien et de toutes les critiques quand ça va mal, le quart-arrière a la lourde responsabilité de guider son équipe vers la victoire.
A ce petit jeu là, Peyton Manning semble à des années lumières au-dessus de Rex Grossman. Mais voilà, les deux hommes disputeront leur premier Super Bowl et l'aîné aura certainement une pression supérieure sur ses épaules tant toute l'Amérique attend son sacre, programmé depuis 9 ans.

Manning, qui affole les compteurs statistiques depuis son arrivée dans la NFL, a enfin vaincu ses vieux démons en playoffs et passé l'obstacle Patriots. Deux fois cette saison, il a guidé les Colts vers la victoire face à la bande à Brady et son final lors de l'AFC Championship Game a enfin été digne de ses performances en saison régulière.

Grossman n'a que 4 saisons de NFL derrière lui et qu'une entière en tant que titulaire. Son évaluation globale cette année est de 73,9 points avec 23 touchdownsTouchdown (TD)
c'est l'essai qui vaut 6 points et qui peut être transformé au choix à 1 ou 2 points. Il suffit que le ballon pénètre dans la endzone. (pas besoin d'aplatir)
mais aussi 20 interceptionsInterception
passe du QB rattrapée par un défenseur (un adversaire).
.
Après un début d'exercice 2006 de haut niveau, ses performances ont sérieusement baiss`©, lui valant un déluge de critiques. Certains experts allant même jusqu'à suggérer à Lovie Smith de le remplacer par le vétéran Brian Griese ! Mais Smith n'a jamais mis en doute la confiance placée dans son jeune QB, bien au contraire. Malgré des performances qui sont loin de faire rêver, il a conduit ses Ours à deux victoires en playoffs et à leur premier Super Bowl depuis 1986.

Au rayon des paradoxes, le rating des deux quarterbacksQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
est à l'avantage de Grossman. Sans être phénoménal, 75,4, il est supérieur à celui du double MVP, 68,8.Les tableaux

série de victoires en cours (playoffs compris)24
nombre de points marqués par match26.726.7
yards gagnés en moyenne par match324.9379.4
yards gagnés en moyenne par match à la passe205.1269.2
yards gagnés en moyenne par match à la course119.9110.1
nombre de points concédés par match15.922.5
yards concédés en moyenne par match294.1332.2
yards concédés en moyenne par match à la passe194.8159.2
yards concédés en moyenne par match à la course99.4173.0
Marge de turnovers sur la saison87


GPNPCTPPPCDomicileExtérieurAFCNFCDIVSérie
133081.2 %4272556-27-12-211-15-11 défaite
124075 %4273608-04-49-33-13-31 victoire


DivRecord GlobalFace à FaceDiv Record (intra-div tie brkr)Conf RecordRecord sur match en communStrength of VictoryStrength of ScheduleClmnt Conf PF + PAClmnt Overall PF + PAPts Net sur Matchs en CommunPts Net GlobalTD
N13-3-05-1-011-1-00-0-040.4 %43 %25017218
S12-4-03-3-09-3-00-0-050.5 %50 %16250679
La clé du match : attaque des Colts contre défense des Bears ?

Il serait un peu simpliste de limiter le prochain Super Bowl à un duel entre une attaque explosive et une défense inépuisable. Une statistique nous permet de ne pas prendre ce chemin : durant la saison régulière, les deux équipes obtiennent la même moyenne de points par match avec 26,7. Dungy le rappelle lui-même : Le danger peut venir de partout. De leur attaque, de leur défense, mais aussi, avec Devin Hester, de leurs équipes spéciales. De plus, si Indianapolis a passé 38 points à New England, Chicago en a mis 39 à New Orleans, à bon entendeur...

Ce qui est vrai pour l'attaque des Ours est vrai pour la défense des Poulains. Avec une moyenne de 175 yards concédés par match, les Colts sont bons derniers de la saison régulière. Mais en janvier, alors qu'ils ont affronté des équipes qui courent bien avec le ballon (Kansas City, Baltimore et New England), ils n'ont laché que 73 yards par match. Une renaissance qui vient au bon moment et qui rappelle une nième fois qu'un titre se gagne en jouant son meilleur football au moment des playoffs.

A contrario, si la défense des Bears est classée 3ème de la NFL en terme de points concédés par match (15,9), cette moyenne atteint 25,8 sur les 5 matchs précédents la finale de la Conférence Nationale, moment choisi par Urlacher et consorts pour retrouver leur efficacité.Cette rencontre sera probablement serrée et la clé du match réside dans la capacité qu'aura Indianapolis à stopper le jeu de courses de la doublette Thomas Jones - Cedric Benson. Ces deux gaillards compilent 294 yards et 5 touchdowns en deux matchs de playoffs. A titre de comparaison, le Colt Joseph Addai a cavalé 217 yards en 3 matchs.
Pour se faire, la ligne offensive de l'Illinois devra faire face à la défensive de l'Indiana, ce qui nous promet des beaux duels (Chi-Ind) : Olin Kreutz - Anthony McFarland, John Tait - Dwight Freeney, Fred Miller - Robert Mathis.
Le premier rideau des Colts est clairement en dessous des standards de la NFL en terme de gabarit mais compense par une vitesse et une pugnacité qui harassent leur adversaire. C'est cette débauche d'énergie qui a complètement étouffé les Chiefs lors du Wild Card Game, ne leur laissant que 18 snapsSnap
signal de départ de l'action, quand le centre transmet la balle au QB.
en première mi-temps. Mais il est impossible de ne pas parler du retour du safetySafety
Signifie deux choses différentes : 1) c'est le plaquage du porteur du ballon dans sa propre zone d'en-but. Cela rapporte 2 points à l'équipe qui l'effectue et elle récupère la possession du ballon. L'équipe victime du safety va alors dégager depuis ses 20 yards au moyen d'un botté façon "punt". 2) c'est un poste en défense. Le safety est en quelque sorte le dernier rempart. Par analogie avec le football "européen", on le qualifie de "libéro".
Bob Sanders, qui après 12 semaines d'absence, a été le véritable catalyseur du renouveau de la défense des Colts. Il est une arme redoutable contre le jeu de passes mais sait aussi stopper les courses adverses.

La défense des Plantigrades aura fort à faire. Manning, Harrison, Wayne, Clark et Addai, autant de dangers à maîtriser. Lovie Smith a devant lui une équation que ni Billick, ni Belichick (4 Super Bowls à eux deux) ne sont parvenus à résoudre. Là aussi, nous allons avoir droit à de beaux duels (Chi-Ind) : Brian Urlacher - Dallas Clark, Nathan Vasher - Reggie Wayne, Charles Tillman - Marvin Harrison.

En clair...

Les Bears doivent monopoliser le cuir et maintenir Manning sur la touche le plus longtemps possible pour ne pas lui donner trop de cartouches. Ils doivent faire respecter leur jeu au sol pour permettre à Grossman d'être plus tranquille pour placer ses banderilles dans le dos du backfield des Colts.
En défense, ils devront être au niveau de leur finale de conférence contre les Saints.

Les Colts doivent faire ce qu'il savent faire de mieux : attaquer à outrance. La rigueur et le sérieux de la deuxième mi-temps contre les Patriots doivent être au rendez-vous car la défense des Bears ne laissera rien passer.
En défense, le front four devra empêcher Thomas et Benson de prendre la poudre d'escampette pour obliger Grossman à lancer un maximum de passes.

Ou bien, tout se jouera peut être sur la botte miraculeuse d'Adam Vinatieri, qui dispute ici son 5ème Super Bowl, ou sur une des chevauchées fantastiques de Devin Hester.

Verdict

Parce que leur niveau de jeu, aussi bien en attaque qu'en défense, a atteint des sommets pendant ces phases finales, parce que le calendrier des Bears, aussi bien en saison régulière qu'en playoffs, a été beaucoup plus clément que pour les Colts, parce que nous ne voyons pas Manning passer à côté de cette occasion en or et parce que, il faut être chauvin, nous étions parmi les seuls à parler de l'année des Colts avant le début de ces playoffs, nous disons : vainqueur Indianapolis avec 10 points d'avance.Quelques Stats du Super Bowl

Comme d'habitude à la veille du grand match, voici quelques statistiques du Super Bowl.

• la NFC mènent l'AFC au nombre de victoires : 21 à 19. L'AFC a remporté 7 des 9 derniers Super Bowl. Pittsburgh, Baltimore, Denver (2) et New England (3) pour l'AFC contre Saint Louis et Tampa Bay pour la NFC.

Les ConférencesNFCAFCTotal
# de Victoires211940
Total Points10078201827
Moyenne de points par SB25,1820,545,68


• l'équipe qui commet le moins de turnovers remportent le Super Bowl 29 fois sur 32.
• l'équipe qui a inscrit les premiers points a gagné le Super Bowl 26 fois.
• le plus gros écart de points jamais remonté par une équipe et pour finalement l'emporter est de 10. (Super Bowls XXII et XXXII)
• tableau montrant le devenir des équipes ayant mené à différents moments du match lors des 40 premiers Super Bowls :

équipe menant à la fin du quart-tempsgagnéperdu
2 (*)317
3 (**)345

(*) total sur 38 car deux égalités : Super Bowl XXIII et XXXIX.
(**) total sur 39 car une égalité : Super Bowl XXXIX. • Ce sera le cinquième Super Bowl à se jouer en février après les finales 35, 37, 39, et 40.

Bon match à toutes et à tous et à lundi pour le résumé complet du quarante et unième Super Bowl.
... chargement de la zone de commentaire ...

 Lance moi cette fichue balle !  – Keyshawn Johnson

En VO :  Throw me the damn ball ! 

Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !