Les Eagles crucifient Barber

background
background
le 08/01/2007 à 00:00 par Christophe Brulefert
Mise à jour du 20/10/2010 à 21:03
C’est fini. Tiki Barber, le coureur vedette des Giants, ne foulera plus les pelouses de la NFL en tant que joueur. Sa carrière s’est achevée hier soir de façon cruelle en toute fin de match lorsque le botteur David Akers a converti son field goalField Goal (FG)
coup de pied à 3 points effectué le plus souvent en 4ème tentative quand l'attaque a été bloquée. Il est joué depuis l'endroit où la dernière action c'est achevée. En cas de réussite c'est 3 points et engagement. En cas d'échec, la possession change de camp mais il y a deux possibilités : avant le snapSnap
signal de départ de l'action, quand le centre transmet la balle au QB.
, la balle était à l'intérieur des 20 yards, on replacera alors la balle sur la ligne des 20 yards ou elle était placée au-delà des 20 yards, on la replacera au même endroit.
de 38 yards pour offrir la victoire à son équipe. Ce grand bonhomme, qui a pourtant réalisé une formidable carrière de dix années ainsi qu’un très bon match, s’en va sans avoir pu connaître le bonheur de remporter le titre suprême. L’ironie du sort veut que Barber finisse sa carrière contre le même adversaire que lors de son tout premier match en NFL le 31 août 1997. Ce sont donc les Eagles qui accèdent au Divisional Game et se déplaceront samedi prochain chez les Saints de la Nouvelle Orleans (10-6) pour la revanche du match de saison régulière, mais surtout pour tenter d’acquérir une place en finale de conférence.

Les Eagles, une entame délicate - Les Giants, peu réalistes

Les new-yorkais peuvent avoir beaucoup de regrets car l'issue du match s’est jouée en grande partie au cours du premier quart-temps. En effet, les visiteurs sont arrivés au Lincoln Financial Field avec l’intention d’étouffer complètement l’équipe d’Andy Reid et cela a presque failli marcher. Sur leur premier drive, les Géants réussissent à imposer leur jeu au sol avec un Tiki Barber sensationnel (26 courses pour 137 yards) et leur jeu aérien. Ils marquent donc en toute logique un essai. Ensuite les unités spéciales font un travail remarquable en positionnant l’attaque des Eagles sur leur quatre premiers drive dans leur propre moitié de terrain en situation délicate (2 yards, 19 yards, 20 yards et 16 yards). La défense des new-yorkais profite de cet avantage pour étouffer Jeff Garcia (17/31, 153 yards, 1 TD) et ses coéquipiers. L’attaque de Tom Coughlin repart alors en très bonne position à trois reprises (sur les 49 yards des Eagles, sur leur propre 48 yards et sur les 46 yards de Philadelphie) mais leur manque de réalisme leur coûte cher. Ainsi les Giants ne réussissent pas à concrétiser cette domination en points en raison de nombreuses pénalités (9 pour 55 yards). Pire encore, ils s’avèrent incapables d’inscrire un touché dans la zone rouge adverse à deux reprises à des moments importants de la partie. Devant autant d’inefficacité et à la suite de quelques changements stratégiques offensifs, les Eagles ne manquent pas, pour leur part, l’occasion de prendre le match à leur compte.
Grâce à un Bryan Westbrook étincelant (20 courses pour 141 yards, 1 essai) et un formidable dosage entre des passes courtes et longues, l’équipe de Philadelphie passe un sévère 20-3 aux visiteurs. Au passage, le cornerback Sheldown Brown se permet même le luxe d’intercepter une passe d’Eli Manning (16/27, 161 yards, 2 essais, 1 interceptionInterception
passe du QB rattrapée par un défenseur (un adversaire).
).
Toutefois, le match est loin d’être fini. A leur tour, les Aigles semblent totalement incapables de porter le coup de grâce et c’est également en toute logique que le momentum change de camp. Les new-yorkais réussissent à pousser l’adversaire à la faute (6 pour 77 yards dont une interférence de passe de près de 40 yards) ce qui leur permet de revenir à égalité. Malheureusement, la défense des Géants est totalement incapable de prendre le meilleur sur la ligne offensive adverse. L’équipe d’Andy Reid se contente logiquement de laisser Bryan Westbrook finir le travail (4 premières tentatives sur ce drive) tout en faisant défiler l’horloge. Akers élimine donc les visiteurs à l’ultime seconde du match.

L’avenir

Pour les Giants c’est la fin d’une saison très irrégulière. Cette défaite laisse un goût amer à l’ensemble des fans de la franchise new-yorkaise qui en attendaient pourtant beaucoup (trop ?). C’est la deuxième année consécutive que les Géants se font sortir dès le premier tour. L’avenir ne semble pas s’annoncer sous les meilleurs hospices. Le départ de Barber laisse un grand vide qui ne sera pas facile à combler.
Les joueurs en défense ne sont pas vraiment jeunes. L’entraîneur Tom Coughlin a perdu le contrôle de son effectif. Ceux-ci ne le respectent même plus et le critiquent de plus en plus ouvertement.
Il pourrait bien se faire remercier dans les jours à venir. Il faudra donc trouver un remplacement. Le quarterbackQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
Eli Manning ne répond pas aux espérances d’un premier tour de draft et pourrait bien voir son avenir chez les Géants écourté.

Les Eagles pour leur part n’ont pas encore à penser à l’intersaison. Ils enchaînent leur sixième victoire consécutive et peuvent rester optimistes pour la suite de la compétition. Ils ont toutefois subi une perte importante dimanche. Le cornerback Lito Sheppard s’est blessé et sera indisponible la semaine prochaine. Les Aigles se déplaceront à la Nouvelle Orléans samedi prochain. Un match difficile mais pas impossible à gagner. Les Saints sont prévenus.
... chargement de la zone de commentaire ...

 Les perdants d'hier sont les gagnants de demain.  – Terrell Owens

En VO :  Yesterday's loser was determined to become tomorrow's winner. 

Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !