Les Packers au criblePreview Playoffs 2014

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

Eddie Lacy révélation de l'année pour le Pack
Eddie Lacy révélation de l'année pour le Pack (Jim Mone, AP Photo)
le 31/12/2013 à 11:36 par Thomas Savoja

Quelques jours avant le début des Playoffs NFL, FA.com passe en revue les forces en présence à travers une analyse des équipes encore en course. Nous débutons par les Packers de Green Bay.

La présence en phase finale des Packers étaient loin d’être évidente cette saison avec la somme de blessures à laquelle la franchise du Wisconsin a du faire face, que ce soit en attaque (Rodgers, Cobb, Finley) ou en défense (Matthews, Perry, Hayward, Jolly). Il a donc fallu batailler jusqu’au bout du suspens notamment lors de la dernière journée à Chicago où le duo de revenants Aaron Rodgers et Randall Cobb est allé chercher une victoire sur le fil. Les matches à venir se présentent donc comme du pur bonus pour les Packers qui joueront sans pression même si l’obstacle 49ers parait surdimensionné pour une équipe encore fragile. Mais qui sait ce qu’il peut advenir dans le froid de Lambeau ?

Le calendrier

Les Packers entrent en Playoffs avec le pire record (8-7-1) de la ligue. Si l’on regarde cette saison leurs affrontements directs face à des équipes qualifiées pour les Playoffs, ils se soldent par trois défaites face aux 49ers, aux Bengals et aux Eagles. Pire, ils n'ont enregistré qu'une victoire face à une équipe ayant un record positif (Dallas). Vous avez dit hold-up ?

Les forces

L’attaque des Packers apparait assez explosive puisque classée 3ème en termes de yards gagnés. Le jeu de passe reste l'une des forces majeures de Green Bay avec le retour de Randall Cobb, l’émergence de Jarret Boykin et surtout la confirmation que Jordy Nelson est une cible préférentielle pour Rodgers dans les moments clés du match. La nouveauté cette saison, c’est que les Packers sont bien plus équilibrés et qu’ils disposent de la 6ème attaque au sol d’un point de vue statistique ce qui les rend bien moins prévisibles que par le passé.

Les faiblesses

La défense n’est clairement pas au niveau et cela semble prohibitif en Playoffs où les victoires se construisent autour de la défense. Le Pack pointe à la 25ème place en ce qui concerne les yards concédés. La ligne défensive est décimée et les 49ers devrait se régaler avec leur duo Colin Kapernick et Franck Gore.

La forme actuelle

Difficile d’estimer la valeur réelle de cette équipe qui lutte pour sa survie match après match. Disons que les retours en attaque de Rodgers et de Cobb sont rassurants mais qu’a contrario, l’absence de Matthews interpelle. Maintenant la vitoire face à Chicago a prouvé qu'avec Rodgers tout était possible. Mais les miracles a répétition ont des limites.

Les ambitions

Comme évoqué précédemment, les Packers vont jouer totalement libérés ce match de Wild Card face aux 49ers. Ils seront clairement outsiders. En effet les 49ers ne leur réussissent pas et Colin Kaepernick lors des deux dernières rencontres face à Green Bay a représenté un énigme que le coordinateur Défensif Don Capers devra résoudre pour espérer sauver sa tête après une saison décevante.

Les top joueurs

Aaron Rodgers reste le leader naturel de cette formation. Le voilà de retour après avoir manqué 7 rencontres de rang et il a pu jouer dimanche dernier 4 quart-temps d’un intense combat face aux Bears pour se dérouiller le bras. Il va désormais pouvoir enchainer par un affrontement de la même veine face à San Francisco. Il devra se montrer décisif pour que les Packers puissent espérer un exploit.

Le RBRunning Back (RB)
Terme générique qui englobe les HB et les FBFullback (FB)
coureur puissant et polyvalent. Il joue le rôle de bloqueur, de receveur et de bulldozer balle en main. Constitue avec les halfbacks (HB), les running backs (RB).
.
Eddie Lacy, candidat au titre de Rookie de l’année a surpris pas mal d’observateurs en sortant une saison d’un très haut niveau. Sa puissance et sa capacité à gagner du terrain après contact sont assez bluffantes. Malgré une cheville abimée, il sera très attendu face à la défense ultra agressive des 49ers.

En défense, en l’absence de Clay Mathews toujours blessé au pouce et du LBLinebacker (LB)
joueur de la défense polyvalent qui constitue le 2ème rideau défensive.
Nick Perry, c’est le le vétéran A.J. Hawk qui détient désormais les clés de la maison. Joueur sous-coté par excellence, l’ancienne star d’Ohio State a pris ses responsabilités et réalisé une saison pleine signant 5 sacksSack
plaquage du QB dernière la ligne de scrimmage (perte de terrain).
et 118 plaquages.

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

  1 2 3 4 OT Final
Green Bay 0 10 0 10 0 20
San Francisco 6 7 0 10 0 23
... chargement de la zone de commentaire ...

 Quand tu gagnes, ne dis rien. Quand tu perds, dis-en encore moins.  – Paul Brown

En VO :  When you win, say nothing. When you lose, say less. 

Citation réelle proposée par Trixi. Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !