Tony Romo passe le témoin à Dak PrescottVidéo de sa conférence de presse

le 16/11/2016 à 19:08 par Pierre-François Flores

Hier en toute fin d'après-midi, le quarterback Tony Romo a donné une conférence de presse d'un peu plus de 5 minutes durant laquelle il a passé la main à celui qui apparait comme son successeur Dak Prescott. Sauf accident, Romo achève ainsi une aventure 10 saisons à la tête de l'attaque des Dallas Cowboys.

Avec beaucoup de classe, le QB non-drafté a coupé court à toute polémique quant à son éventuel retour comme titulaire : Il (Dak) a gagné le droit d'être notre quarterbackQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
. Aussi difficile que c'est pour moi de le dire, il l'a gagné. Il a guidé notre équipe à un bilan de 8-1 et c'est dur à faire.

A 36 ans et seulement 6 matchs de playoffs au compteur, il sait mieux que personne l'importance de la situation. Hors de question pour lui de causer des problèmes à un club qui lui a tant donner, Jerry Jones, son propriétaire, en tête. Les deux hommes sont très proches depuis des années et Jones a toujours été très protecteur avec Romo, allant jusqu'à garantir son retour au poste dès qu'il sera prêt. Par cette déclaration, Romo évite une décision douloureuse et apporte énormément de sérénité à son vestiaire.

Cela ne signifie absolument pas qu'il désire raccrocher, bien au contraire : Si vous pensez une seconde que je ne veux pas être là, c'est que vous n'avez probablement jamais senti l'excitation de la compétition et de la victoire. Ca ne m'a pas quitté. En fait, ça brûle plus que jamais. Il n'est pas toujours facile de regarder (le match) et je pense que quiconque a été dans cette situation comprend cela.

Romo va désormais aider Prescott dans cette fin de saison qui s'annonce de plus en plus difficile. Puis, il devra choisir un nouveau club, un qui saura lui offrir une équipe capable de gagner le Super Bowl, un peu comme Peyton Manning avec les Denver Broncos.
Que l'on aime ou pas le joueur, quelque soit son palmarès et ses échecs, il faut reconnaitre que sa déclaration force le respect. On ne peut que lui souhaiter de rebondir de la plus belle façon qu'il soit en 2017.

Tony Romo en quelques chiffres

Titulaire à 127 reprises sur 155 matchs entre 2005 et 2015, il a gagné 78 matchs pour 49 défaites. Il n'a par contre connu les playoffs qu'à 4 reprises (2006, 2007, 2009 et 2014) pour un bilan de 2 victoires en 6 matchs.

On se souviendra longtemps de sa bévue lors du premier match de playoffs [Vidéo] de sa carrière face aux Seahawks. A 1 minute de la fin du match, les Cowboys ont un field goalField Goal (FG)
coup de pied à 3 points effectué le plus souvent en 4ème tentative quand l'attaque a été bloquée. Il est joué depuis l'endroit où la dernière action c'est achevée. En cas de réussite c'est 3 points et engagement. En cas d'échec, la possession change de camp mais il y a deux possibilités : avant le snapSnap
signal de départ de l'action, quand le centre transmet la balle au QB.
, la balle était à l'intérieur des 20 yards, on replacera alors la balle sur la ligne des 20 yards ou elle était placée au-delà des 20 yards, on la replacera au même endroit.
pour arracher la victoire. Romo est encore le holder sur l'action mais le ballon lui échappe. Seattle gagne 21-20.

Toutefois, Romo est aussi le meilleur QB de la franchise texane avec 34154 yards et 247 TDs.

... chargement de la zone de commentaire ...

 Il y a deux sortes de coaches, ceux qui viennent de se faire virer, et ceux qui vont se faire virer.  – Bum Phillips, coach, Houston Oilers

En VO :  There are two types of coaches: them that has just been fired and them that are going to be fired. 

Citation décalée proposée par micky pour 10 Bzh. Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !