Les Falcons sur le filAtlanta se qualifie pour la finale de conférence NFC

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

Les Falcons ont eu le dernier mot
Les Falcons ont eu le dernier mot (Kevin C Cox, Getty Images)
le 13/01/2013 à 21:11 par Mathieu Baro

Après une première période à sens unique qui a vu les Falcons rentrer aux vestiaires avec 20 points d'avance, les Seahawks ont frolé l'exploit en réussissant à remonter au score jusqu'à prendre l'avantage 28 à 27 à 30 secondes de la fin. Un mini drive de Matt Ryan plus tard et un coup de pied de 48 yards de Matt Bryant finiront par envoyer les Falcons en finale de conférence NFC. Un match très agréable dans l'ensemble dans un dôme à l'ambiance électrique avec en vedettes deux quarterbacksQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
qui ont chacun su mettre leur équipe en position de gagner.

Des Falcons dominateurs au sol

Atlanta amasse 167 yards au sol avec 98 pour Michael Turner et 64 pour Jacquizz Rodgers. Les deux runningbacks ont cassés énormément de plaquages et collectionnés les yards après le contact. Si il y avait des doutes avant le match sur la capacité des Falcons à porter la balle, les deux hommes ont tout fait pour les effacer.

Un Matt Ryan a double face

Auteur d'un 24 sur 35 pour 250 yards avec 3 touchdownsTouchdown (TD)
c'est l'essai qui vaut 6 points et qui peut être transformé au choix à 1 ou 2 points. Il suffit que le ballon pénètre dans la endzone. (pas besoin d'aplatir)
mais aussi 2 interceptionsInterception
passe du QB rattrapée par un défenseur (un adversaire).
, le quarterback d'Atlanta s'offre une première victoire en playoffs. Auteur d'un match solide, on l'a tout de même vu lancer deux interceptions, si la première semble être une erreur de synchronisation avec Tony Gonzalez, la seconde en revanche est entièrement son œuvre et a permis à Seattle de revenir dans le match. Il s'est plus que rattrapé en permettant à son équipe d'avancer suffisamment lors du dernier drive pour arracher la victoire.

Russell Wilson, encore et toujours

J'ai passé le saison à le répéter mais Wilson n'est pas un rookie ordinaire, on a rarement vu un joueur aussi jeune avec une telle impassibilité. Le quarterback des Seahawks finit avec 24 sur 36 pour 385 yards et deux touchdowns, plus une interception sur l'ave maria final. Il a passé la seconde mi-temps à disséquer la défense des Falcons avec des passes intermédiaires et sans Matt Ryan en face il aurait été l'auteur d'un des plus grands comebacks de l'histoire des playoffs. A titre personnel je n'ai jamais été autant impressionné par un quarterback rookie depuis que j'ai commencé à suivre le foot américain en 98 et je suis persuadé que Wilson gagnera un jour un Super Bowl.

Les observations

- Marshawn Lynch a bien été muselé par la défense des Falcons et ne parvient pas à dépasser les 50 yards en 16 courses. Il marque un touchdown mais perd un fumbleFumble
quand le porteur du ballon laisse échapper celui-ci par maladresse ou suite à un choc. Le ballon est alors à terre mais vivant et c'est la 1ère équipe qui le ramasse qui en prend la possession. Avec les interceptions, le fumble est la seconde façon de rendre le ballon à l'adversaire. Ensemble, ils constituent des Turnovers (pertes de balle). C'est souvent cette stat. qui décide de l'issue de la rencontre.
.

- Richard Sherman a été visé souvent en début de match et s'en tire avec les honneurs, il coupe deux passes sur le premier drive et s'interpose sur une passe de touchdown potentielle.
- L'age n'a pas d'emprise sur Tony Gonzalez, 6 receptions pour 51 yards et un touchdown, le tigh-end de 37 ans a été instrumental dans la victoire des siens. 
- Les Falcons recevront les 49ers pour la finale de conférence le weekend prochain.
- Earl Thomas capte une autre interception après celle de la semaine passée face aux Redskins. On l'a aussi vu moins à son avantage quand il a tenté de plaquer Jacquizz Rodgers trop haut et qu'il s'est retrouvé sur les fesses.
- Le contain des Falcons a été efficace, on a peu vu Russell Wilson garder la balle sur les read options, en revanche il a encore su prolonger les jeux grace à son agilité.

Voir toutes les infos de ce match (articles, statistiques, play-by-play...)

  1 2 3 4 OT Final
Atlanta 10 10 7 3 0 30
Seattle 0 0 7 21 0 28
... chargement de la zone de commentaire ...

 Un bon lineman, c'est comme courir dans un mur de brique qui aurait des bras.  – Bill Pickens (DE) après un contact avec son coéquipier Jim Tyrer (ancien OL des Chiefs et Hall of Famer)

En VO :  A good lineman, It's like running into a brick wall that has arms. 

Citation réelle proposée par Libs91 pour 10 Bzh. Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !