Loïc Caruso : les Centaures et les Tricolores

Loïc Caruso
Loïc Caruso (Thomas Depaepe)
le 06/12/2013 à 01:07 par Thomas Depaepe

Alors que les tricolores prennent demain le chemin du Mans afin d'y préparer leur rencontre de samedi face aux Eagles Américains (qui sont eux arrivés lundi dans la Sarthe), voici quelques mots d'un des QB habituel de l'équipe de France (mais qui ne fera pas partie du déplacement au Mans) : le Grenoblois Loïc Caruso qui revient pour nous sur l'année 2013 des Centaures, mais qui se projette aussi sur son avenir en bleu et en Centaures.

 

Pour commencer, peux-tu nous dire quelques mots sur l’année 2013 difficile que tu as vécue avec les Centaures ?

C’est difficile car on a eu beaucoup de déparst à l’intersaison au niveau du club : bien sûr Paul Braisaz-Latille, Anthony Dablé, la ligne défensive au complet… cela a fait de gros bouleversements et on a dû composer avec. Au final on n’a pas été ridicule mais cela n’a pas suffit pour sauver la place en Elite. Le barrage perdu contre les Centurions est une déception à titre personnel car j’avais envie de continuer à jouer au meilleur niveau possible, mais pour le club c’est peut-être pas plus mal car cela va nous permettre de nous reconstruire en D2 et de repartir ainsi sur de bonnes bases.

 

Pour l’année 2014, tu restes fidèle aux Centaures mais il y a un peu de changement.

J’ai eu l’idée de changer de club et pourquoi pas pour les Black-Panthers, mais j’ai aussi eu des propositions d’autres clubs d’Elite ou de D2 situés dans le sud… mais au final j’ai réflechi ét comme j’ai un CDI sur Grenoble, cela ne me paraissait pas envisageable de tout plaquer pour partir à l’aventure. Donc je reste chez les Centaures, et je vais avoir un rôle un peu plus important auprès de l’attaque afin d’aider notre entraineur en chef qui fera aussi office de coordonateur offensif, mais je reste d’abord le quarterbackQuarterback
c'est le stratège de l'équipe. Il décide des tactiques avec ses coachs. Il est chargé de transmettre la balle à ses coureurs et de distiller les passes à ses receveurs.
de l’équipe.

 

Loïc Caruso
Loïc Caruso (Thomas Depaepe)

En Equipe de France tu t’es imposé dans l’effectif et tu es systématiquement sélectionné. Comment vis-tu la compétition avec Perez Mattison pour être le starter des Bleus ?

La compétition est ouverte mais Perez reste le titulaire pour l’instant. Je dirais qu’être appelé en Equipe de France c’est gratifiant et je le vois comme une stimulation pour monter mon niveau de jeu : Perez est aujourd’hui devant moi, et donc je veux relever le challenge et me dépasser pour aller prouver ce que je vaux. Maintenant je sais qu’à Grenoble, il n’y a pas de coach dédié aux QB donc c’est un peu moi qui m’autogère à l’entrainement mais à force de travail je sais que je peux progresser et m’améliorer.

 

En D2, l’année s’annonce assez difficile pour les Centaures pour une remontée immédiate car il y a des adversaires sérieux pour la montée.

Je ne pense pas que remonter tout de suite soit un objectif du club : il faut d’abord se reconstruire sur des bases saines et cela peut prendre 2-3 ans. Ce sera l’occasion de faire monter les jeunes, de former une ossature plus jeune autour des « anciens » comme moi. Après ce sera aussi important pour nous d’avoir Caleb McCoy à nos côtés car c’est quelqu’un qui est important pour le club et qui nous aide grandement en tant que linebackerLinebacker (LB)
joueur de la défense polyvalent qui constitue le 2ème rideau défensive.
mais aussi en dehors du terrain.

... chargement de la zone de commentaire ...

 Il était si dur de travailler pour Lombardi que gagner les matchs était facile.  – Willie Davis, Packers lineman

En VO :  Vince Lombardi was so tough to work for that winning was the easy way out. 

Citation décalée proposée par micky pour 10 Bzh. Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !