Alliance of American FootballLa fin d'une (courte) aventure

Alliance of American Football
Alliance of American Football
le 06/04/2019 à 19:01 par Blaise Collin

C'est déjà terminé pour la ligue de l'Alliance of American Football, qui a jeté l'éponge début avril après huit de ses dix semaines de saison régulière, envoyant près de cinq cents joueurs et entraineurs au chômage.

La ligue avait démarré début février avec l'espoir de relancer les carrières de jeunes joueurs rêvant toujours de NFL. Parmi eux, Garrett Gilbert, Christian Hackenberg, Kareem Hunt, Aaron Murray, Trent Richardson, Denard Robinson ou encore Johnny "Football" Manziel, le dernier arrivant dans la ligue. Pour les coacher, l'AFF était allée chercher quelques grands noms du College Football (Dennis Erickson, Rick Neuheisel, Mike Riley et Steve Spurrier) et de NFL (Mike Singletary).

Charlie Ebersol (auteur du documentaire d'ESPN « 30 for 30 : This was XFL ») et Bill Polian (ancien General Manager des Bills, Colts et Panthers), les fondateurs de la ligue, ont rapidement accueilli Tom Dundon (propriétaire des Carolina Hurricanes en NHL) et son investissement de deux cent cinquante millions de dollars, espérant pérenniser l'AAF sur le long terme.

Mais l'intérêt décroissant des fans (plus de trois millions de téléspectateurs pour le premier match de la saison mais moins de trois cent mille pour les derniers matchs télévisés) et la réticence de la NFL de laisser ses joueurs (même ceux des "practice squads") participer à l'AAF ont eu raison de la ligue. La NFL était essentiellement soucieuse de problèmes légaux qui pourraient violer les accords de négociation collective entre la ligue reine et l'association de ses joueurs.

Devant les difficultés financières, Tom Dundon (qui a hérité du poste de Président de l'AAF grâce à son gros chèque), a choisi de fermer les vannes et de limiter ses pertes estimées à soixante-dix millions de dollars. Les joueurs ont donc reçu leur dernier chèque à l'issue de la huitième journée. Certains se retrouvent même avec des factures d'hôtel ou médicales que la ligue, semble-t-il, ne couvrira pas. L'université de Central Florida, quant à elle, réclame un million de dollars aux Orlando Apollos qui n'auraient pas réglé la facture pour la location du Spectrum Stadium situé sur le campus, et propriété, de UCF. Ces derniers ne rembourseront peut-être pas leur dette mais la troupe de Steve Spurrier pourra en tout cas célébrer son titre de champion par défaut. Une victoire au goût amer...

Si les joueur et entraineurs peuvent de sentir flouer par l'avortement prématurée de la ligue, celle-ci n'exclut pas renaitre de ses cendres. Comment et quand sont des questions qui restent en suspens. De son côté, la XFL prévoit toujours son grand démarrage pour février 2020 et garantit qu'elle ne sera pas victime des mêmes mésaventures que l'AAF. On demande à voir...

Classement (final) de l'AFF:

Division Est

Orlando Apollos 7-1

Birmingham Iron 5-3

Atlanta Legends 2-6

Memphis Express 2-6

Division Ouest

Arizona Hotshots 5-3

San Antonio Commanders 5-3

San Diego Fleet 3-5

Salt Lake Stallions 3-5

 

 

 

Articles liés
... chargement de la zone de commentaire ...

 Je n'irais jamais vers quelqu'un pour le blesser délibérément à moins que ça ne soit, vous savez, important… comme un match de championnat ou quelque chose comme ça.  – Dick Butkus, ancien linebacker des Chicago Bears (1960/70)

En VO :  I wouldn't ever set out to hurt anyone deliberately unless it was, you know, important… like a league game or something. 

Suggérer une citation réelle ou fictive pour 10 Bzh !